Patron, salarié, chômeur... Si Emmanuel Macron était élu président, qu'est-ce que cela changerait pour vous ?

Le candidat à la présidentielle a énoncé ses premières propositions sur le monde du travail, samedi 10 décembre 2016, lors d'un meeting porte de Versailles à Paris.

Le candidat à la présidentielle Emmanuel Macron s\'exprime lors d\'un meeting porte de Versailles à Paris, le 10 décembre 2016.
Le candidat à la présidentielle Emmanuel Macron s'exprime lors d'un meeting porte de Versailles à Paris, le 10 décembre 2016. (CITIZENSIDE/YANN KORBI / AFP)

En marche, mais enroué. Les envolées, les cris et la gestuelle un brin exaltée d'Emmanuel Macron, lors de son meeting, samedi 10 décembre 2016, porte de Versailles à Paris, ont fait les délices des réseaux sociaux. Si les rieurs ont retenu l'image du candidat à la présidentielle en train de s'égosiller, l'ancien banquier d'affaires a aussi levé un coin du voile sur ses premières propositions économiques. Patron, salarié, indépendant, chômeur... que vous réserverait l'ancien ministre de l'Economie, s'il était élu à la présidence de la République en 2017 ?

Patron, artisan ou indépendant, vos charges  baisseraient

Ce que propose Emmanuel Macron : il s'engage à "transformer le Crédit d’impôt pour la compétitivité et l'emploi (CICE) en allégement de charges pérenne à hauteur de 6 points, pour toutes nos entreprises, quelles qu’elles soient, quel que soit le secteur. Les entreprises du secteur marchand comme de l'économie sociale et solidaire, les grandes comme les petites, les indépendants, les artisans, tout le monde aura ses allégements de charges."

Les conséquences concrètes : Si vous êtes entrepreneur, grand, petit ou indépendant, vous verrez donc vos charges largement réduites. Mieux encore, "cette baisse des charges, selon Le Figaro, s'appliquerait à tous les salaires, et pas uniquement aux employés dont la rémunération ne dépasse pas 2,5 fois le smic." Enfin, elle "sera plus simple à percevoir pour les entreprises qu'un crédit d'impôt".

Objectif affiché : améliorer la compétitivité et "libérer l'emploi". Cette proposition n'a rien de "disruptif", s'étonne le directeur principal de l’Observatoire français des conjonctures économiques (OFCE), Xavier Timbeau. "Elle poursuit et amplifie les mesures prises sous le quinquennat Hollande", et notamment le CICE. Un dispositif au coût jugé "exorbitant" pour les finances de l'Etat, et qui n'a guère fait ses preuves en matière de créations d'emplois, selon La Tribune.

Salarié, votre pouvoir d'achat augmenterait (un peu)

Ce que propose Emmanuel Macron : Que "toutes les cotisations maladie et les cotisations chômage, aujourd’hui payées par les salariés, soient supprimées". Cette suppression sera financée par une hausse de la Contribution sociale généralisée (CSG), un impôt assis sur l'ensemble des revenus. "Je demande un effort (...) à tous les travailleurs, mais (...) plus faible que ce qu’ils vont gagner", a expliqué l'ancien ministre lors de son meeting à Paris.

Les conséquences concrètes : "Pour tous les salariés, tous les fonctionnaires, tous les indépendants de notre pays, toutes celles et ceux qui travaillent, le salaire net (...) augmentera". Le banquier d'affaires estime ainsi qu'un couple de travailleurs payés au SMIC (1141 euros net par mois chacun) bénéficierait de 500 euros net par an de pouvoir d'achat en plus. Dit autrement :

La suppression des cotisations salariales maladie et chômage rapportera 252 euros par an à un smicard, une fois déduite la hausse de la CSGUn proche d'Emmanuel Macronà france info

Sortez vos calculettes pour bien comprendre, la proposition Macron s'articule en deux temps. Première étape : un salarié payé au SMIC se voit supprimer les cotisations salariales chômage et maladie qui sont aujourd'hui défalquées de son salaire net. Son salaire augmente donc de 500 euros net par an. Deuxième étape: parallèlement, sa Contribution sociale généralisée augmente de 250 euros par an. Le solde net de pouvoir d'achat est donc de 250 euros par an, soit 21 euros par mois.

Retraité aisé ou rentier, votre CSG serait plus élevée

Ce que propose Emmanuel Macron : S'il est élu, il demandera "un effort net à deux catégories : les revenus du capital, 1,7 point de CSG (...) Et de l’autre côté, les retraités les plus aisés". Mais, promis, juré, la hausse de la CSG ne touchera ni les chômeurs, ni "les retraités modestes".

Conséquences concrètes : Cette augmentation de 1,7 point de la Contribution sociale généralisée ne pénaliserait donc, à l'arrivée, que les rentiers et les retraités aisés. Il leur en coûterait "quelques dizaines d’euros par mois, parce que nous en avons besoin pour que le travail dans notre pays paye".

Pour Xavier Timbeau, le compte n'y est pas : comment remplir les caisses de l'assurance-maladie et de Pôle Emploi, avec de larges exonérations d'un côté et si peu de gens taxés de l'autre ? L'économiste se dit sceptique, aussi, devant cette volonté affichée de "taxer le capital", à laquelle il ne "croit pas". "L'image de banquier que certains collent à Emmanuel Macron est injuste, réplique son porte-parole Benjamin Griveaux. Il a toujours dit qu'il fallait s'en prendre aux situations de rente dans le domaine économique".

Démissionnaire, indépendant, autoentrepreneur, vous auriez droit aux allocations chômage

Ce que propose Emmanuel Macron : un très net élargissement de la couverture de l'assurance-chômage. "Le chômage doit être une forme de solidarité universelle qui permettra de couvrir les Françaises et les Français dans tous les secteurs, qu’ils soient salariés, indépendants et entrepreneurs.(...) Je veux faire du chômage une vraie assurance universelle, une vraie solidarité nouvelle qui reconnaisse la dignité de la personne elle-même et qui ne couvre pas chacune et chacun simplement en fonction de ses cotisations", a-t-il lancé samedi au parc des expositions de Paris. Avant d'ajouter :

Je veux que tous les cinq ans, pour éviter tout excès, tous les salariés puissent avoir le droit d’accéder également à ce droit au chômage, s’ils décident de démissionner.Emmanuel Macronen meeting samedi 10 décembre à Paris

Les conséquences concrètes : Quel que soit leur statut, tous les travailleurs seront couverts par l'assurance-chômage. "Ça, c'est une petite révolution ! s'exclame Xavier Timbeau. On passerait d'un système contributif, où les cotisations chômage ouvrent des droits à un montant qui dépend de multiples critères, dont le salaire, à une assurance universelle qui assure aussi bien l'entrepreneur en faillite que le salarié démissionnaire".

Avec quelles conséquences ? S'agit-il de garantir à tous une allocation plus ou moins homogène ? Les cadres ou les salariés bien payés ne verraient-ils pas alors leurs ressources fortement diminuées en cas de perte d'emploi ? L'équipe d'Emmanuel Macron assure que non, pariant sur un avenir plus rose en terme d'emploi. Et quand on ne partage pas son optimisme ? Pressée de questions sur le financement de cette assurance chômage universelle ou presque, elle renvoie la réponse à fin janvier ou début février. Emmanuel Macron livrera alors les détails de son "cadrage budgétaire et son volet fiscalité.