Nouveau gouvernement : "Le jeu de la division ne fonctionnera pas sur la Nupes", réagit Mathilde Panot

La présidente du groupe LFI à l'Assemblée nationale estime également que c'est aux députés d'accorder, ou non, leur confiance à Elisabeth Borne, alors qu'Emmanuel Macron a annoncé ce samedi qu'il maintiendrait en poste la Première ministre. 

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Mathilde Panot, député LFI du Val-de-Marne, sur franceinfo jeudi 19 septembre. (FRANCEINFO / RADIOFRANCE)

"Ce n'est pas à Emmanuel Macron de renouveler sa confiance à la Première ministre", assure ce samedi sur franceinfo Mathilde Panot. La présidente du groupe LFI à l'Assemblée nationale réagit à l'annonce d'Emmanuel Macron qui confirme sa confiance à sa Première ministre Elisabeth Borne :

Emmanuel Macron charge Elisabeth Borne de sonder les groupes parlementaires, des communistes aux LR, afin de former un nouveau gouvernement. La France insoumise n'est pas un parti de gouvernement ?

Si, nous sommes prêts à gouverner, nous l'avons montré pendant cette campagne et nous avons un accord programmatique avec 650 mesures. Je crois que le président de la République essaye de diviser la Nouvelle union populaire. Or, lors de notre réunion d'intergroupe cette semaine, les quatre groupes parlementaires étaient tous d'accord pour dire que nous voterions contre la confiance à ce gouvernement. Le jeu de la division ne fonctionnera pas sur la Nupes.

Si un membre de la Nupes venait à accepter cette offre présidentielle, serait-il immédiatement désavoué ?

Oui. Je crois que ce que porte la Nupes, c'est justement une alternative à la vision du monde et au projet de maltraitance écologique que porte Emmanuel Macron et que, au contraire, nous portons une société de l'entraide. Nous portons la retraite à 60 ans, l'augmentation des salaires à 1 500 euros pour le SMIC. Nous portons la garantie d'autonomie à 1 063 euros pour les jeunes. Bref, nous portons un tout autre monde que celui que nous propose Emmanuel Macron.

Que pensez-vous du fait qu'Emmanuel Macron ne renonce toujours pas ce samedi soir à la réforme des retraites ?

Je pense qu'il vit dans une sorte de réalité parallèle. Il n'a pas compris le sens des résultats des urnes de ces élections législatives. La majorité du peuple français a choisi de ne pas donner une garantie au projet d'Emmanuel Macron et a donc refusé ce projet de retraite à 65 ans. Nous avons déjà réussi une fois à faire échouer cette réforme des retraites. Nous sommes prêts à la faire échouer de nouveau s'il ose la présenter devant l'assemblée.

Allez-vous soutenir par ailleurs la majorité présidentielle qui a déposé une proposition de loi pour inscrire le droit à l'avortement dans la Constitution ?

Nous avons proposé dès hier de faire cette proposition de loi. Je suis tout à fait d'accord pour garantir et sécuriser un droit fondamental des femmes qui est aujourd'hui attaqué dans beaucoup d'endroits du monde et notamment aux Etats-Unis actuellement. Après, je me demande juste pourquoi La République en marche veut faire son propre texte alors que je l'ai proposé hier et pourquoi elle avait refusé notre proposition en 2018 ? Mais vous savez, nous ne jouerons pas des jeux politiciens sur un enjeu et une cause aussi importante que celle des droits des femmes à disposer de leur corps.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Emmanuel Macron

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.