Législatives : le leader d'En marche, Emmanuel Macron, cherche des candidats sur internet

A l'approche du dernier débat de la primaire de la gauche, Emmanuel Macron a fait appel, jeudi, "aux militants, élus, parlementaires", de tous bords politiques, qui souhaiteraient être candidat aux législatives, avec En marche. 

Le candidat à la présidentielle et leader du mouvement En marche, Emmanuel Macron, à Paris, le 19 janvier 2017. 
Le candidat à la présidentielle et leader du mouvement En marche, Emmanuel Macron, à Paris, le 19 janvier 2017.  (ERIC FEFERBERG / AFP)

A quelques heures du dernier débat des candidats à la primaire de la gauche, jeudi 19 janvier, Emmanuel Macron poursuit sa route. L'ancien ministre de l'Economie vient de lancer sur son site internet, un espace pour que tout citoyen qui le souhaite, parlementaire ou non, élu ou pas, encarté ou pas, mais adhérent d'En marche - quand même - puisse postuler pour être candidat aux législatives.

Emmanuel Macron prétend donc, une nouvelle fois, casser les codes. "La vieille machine mouline", a-t-il indiqué depuis sont QG de campagne, jeudi, à Paris. Comprenez, lui avance : "Le temps cumulé de ces primaires fait un peu plus de trois mois, donc je continue à cheminer indépendamment de leur cours".

Je ne crois pas à la pertinence et à l’efficacité des primaires.Emmanuel Macron

"Le Parti Socialiste, comme Les Républicains, ne purgeront pas leurs désaccords idéologiques profonds, a ajouté Emmanuel Macron. Vous aurez dès le premier jour des frondeurs, et donc des opposants au projet présidentiel."

Les candidats de En marche devront, eux, signer un contrat. La moitié sera issue de la société civile. Quant aux députés d’aujourd’hui qui auraient des velléités pour demain, le chef de file du mouvement prévient qu’ils devront se décider sans tarder.

Je tends la main à tous les militants, élus, parlementaires, de gauche, du centre, comme de droite, qui se retrouvent dans notre projet.Emmanuel Macron

"Ce sont celles et ceux qui, aujourd’hui, mesurent l’incapacité à aboutir de ce processus (des primaires), a précisé l’ancien ministre. Ce n’est pas une approche à destination des déçus, mais à destination des lucides et des convaincus." 

Les futurs candidats d’Emmanuel Macron seront choisis sur cinq critères, dont la capacité à incarner la diversité et la probité. Repris de justice, s’abstenir. Inutile, aussi, de faire du charme au patron : il ne fera pas partie du comité de sélection.