VIDEO. "Nous en avons filmé une qui a mis 25 minutes à mourir" : Sea Shepherd dénonce l’atrocité de la pêche à la baleine

L’ONG écologiste Sea Shepherd a dévoilé une vidéo inédite révélant la chasse à la baleine par des bateaux japonais. Le fondateur du groupe d’activistes, Paul Watson, dénonce la brutalité de cette pratique. 

Voir la vidéo
avatar
Brut.France Télévisions

Mis à jour le
publié le

Des images inédites. Le mardi 28 novembre dernier, le groupe d’activistes Sea Shepherd a rendu publique une vidéo montrant des bateaux japonais en pleine pêche à la baleine dans l’océan Austral. Les images, insoutenables, ont été tournées il y a neuf ans par une équipe de douane australienne. Mais depuis 2008, le gouvernement australien a préféré ne pas les dévoiler pour ne pas détériorer ses relations avec le Japon. Après une longue bataille avec le ministère australien de la Protection des frontières, l’ONG écologiste a finalement pu les publier.

Une pratique illégale et non scientifique

Paul Watson, fondateur de Sea Shepherd, dénonce l’horreur de la pêche à la baleine : "Ils sont tués à l’aide d’harpons explosifs. C’est une mort très douloureuse. Nous avons même enregistré une baleine qui a mis 25 minutes à mourir après avoir été harponnée et tirée dessus de manière répétée à l’aide de fusils." 

Pourtant, le Japon ne consomme pas la baleine et la pêche ne génère pas d’argent. Paul Watson explique que le pays "prétend qu’il tue des baleines pour la recherche". Or, il indique que "c’est un mensonge grossier qui a été infirmé par la Cour internationale de justice qui a jugé en 2014 que cette pêche n’est pas scientifique et donc illégale." D’ailleurs, il précise qu’"il n’y a pas eu une seule étude scientifique internationale qui a été publiée depuis que tout ceci a commencé en 1987".

Emmanuel Macron « peut faire beaucoup »

De plus, il est compliqué de cesser cette pratique au Japon parce que "les équipages qui travaillent sur ces navires sont membres d’une syndicat contrôlé par les yakuzas, qui ont une grande influence politique au Japon". La deuxième raison, c’est que "les personnes à la tête des compagnies baleinières sont d’anciens hommes politiques et des amis du gouvernement. Si vous mettez un terme à la pêche à la baleine, vous leur faites perdre leur salaire élevé." 

Paul Watson interpelle également Emmanuel Macron : "Il peut faire beaucoup. La France est signataire de la Commission internationale baleinière et les signataires ont le pouvoir d’exercer une pression économique sur des pays comme le Japon, la Norvège ou l’Islande qui continuent à la chasse à la baleine." 

Enfin, il rappelle que les baleines sont une espèce menacée de disparition. C’est pourquoi il considère que "si nous exterminons les baleines cela aura des conséquences extrêmement graves pour la diversité dans nos océans et des conséquences très graves pour l’humanité".

Le fondateur de Sea Shepherd dénonce l’atrocité de la pêche à la baleine
Le fondateur de Sea Shepherd dénonce l’atrocité de la pêche à la baleine (BRUT)