Cet article date de plus de quatre ans.

La piscine du fort de Brégançon devrait coûter 34 000 euros, mais permettra de faire d'autres économies, selon l'Elysée

La présidence de la République a communiqué le prix de l'équipement au "Journal du dimanche", tout en assurant que cette dépense permettra de réaliser des économies en évitant de mobiliser des gendarmes pour les baignades.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Résidence officielle des présidents de la République, le fort de Brégançon est situé à Bormes-les-Mimosas (Var). (ROBERT PALOMBA / ONLY FRANCE / AFP)

Le couple présidentiel projette de faire construire une piscine hors sol au fort de Brégançon (Var), résidence officielle du président de la République depuis 1968. Cette installation coûtera 34 000 euros, assure l'Elysée au Journal du dimanche, dimanche 24 juin. Pour être tout à fait précis, cette piscine "sera démontable" et "profonde de 1,20 mètres, longue de 10 mètres sur 4", écrit encore l'hebdomadaire.

La présidence de la République assure toutefois que cette dépense sera amortie, car cet aménagement permettra d'économiser 60 000 euros, "soit le coût de deux embarcations de gendarmerie, d'ordinaire dévolues au sauvetage en mer, et qui sont mobilisées l'été pour la protection du président".

L'Élysée, qui confirme avoir lancé une étude de faisabilité, avait déjà précisé que les coûts de la construction et de l'entretien de la piscine seront intégrés aux 150 000 euros de budget annuel alloué à Brégançon. L'objectif était de "préserver l’intimité de la baignade des enfants", avait également précisé la présidence à la chaîne LCI.

En revanche, le terrain de tennis de la résidence de la Lanterne, située à Versailles (Yvelines), ne sera pas rénové. "Je crois qu'on ne va pas y toucher", a confié un proche d'Emmanuel Macron cité par l'hebdomadaire, sans doute échaudé par la polémique née du projet de piscine.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Emmanuel Macron

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.