Cet article date de plus d'un an.

Investiture d'Emmanuel Macron : les leaders syndicaux tous quasiment absents de la cérémonie

Cela ne s'est pas forcément vu, samedi à l'Élysée, mais les grands leaders syndicaux étaient presque tous absents de la cérémonie d'investiture d'Emmanuel Macron. Seul le secrétaire général de CFTC y a participé, les autres ne sont pas venus invoquant des raisons personnelles.

Article rédigé par Sarah Lemoine
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
Emmanuel Macron prononce un discours au palais présidentiel de l'Élysée à Paris, le 7 mai 2022, lors de sa cérémonie d'investiture. (LUDOVIC MARIN / AFP)

En 2017, ils étaient tous présents lors de la cérémonie d'investiture d'Emmanuel Macron. Mais cinq ans plus tard, il n'y en avait plus qu'un : Cyril Chabanier de la CFTC. Les quatre autres grands leaders syndicaux n'ont pas fait le déplacement samedi 7 mai à l'Élysée, parmi les 500 personnes invitées par le président de la République.

La cérémonie, plus courte qu'il y a cinq ans, a eu lieu en présence entre autres des anciens présidents Nicolas Sarkozy et François Hollande, ainsi que du gouvernement, des parlementaires et des personnalités du monde du sport ou de la culture. Faut-il y voir un signe dans l'absence des principaux leaders syndicaux, alors que le président est attendu au tournant, notamment sur la réforme des retraites ?

"Cette cérémonie n'est pas une priorité"

À la CFDT, on réfute cette hypothèse. Laurent Berger avait un engagement personnel, il n'y pas d'autre interprétation indique son entourage. Yves Veyrier, de Force ouvrière, explique que le mail est arrivé tardivement et qu'il est passé à côté. Peut-être un défaut, pointe-t-il, de la société du tout numérique. À la CFE-CGC, François Hommeril nous répond qu'il était "indisponible pour raison personnelle" mais que "cette cérémonie n'est pas une priorité". Il aura "d'autres occasions, précise-t-il, de rencontrer l'exécutif."

Également absent samedi, Philippe Martinez de la CGT. "Le samedi je fais mes courses car je suis contre l'ouverture des magasins le dimanche", explique-t-il dans un SMS un brin malicieux.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.