Cet article date de plus de trois ans.

Guyane : après la rencontre avec Emmanuel Macron, sentiment "mitigé" des maires qui ont "vraiment besoin d'actes"

David Riché, président de l'Association des maires de Guyane, a expliqué, vendredi sur franceinfo, que le département avait besoin "d'un gouvernement qui se rende compte que rien ne va", alors qu'Emmanuel Macron est en visite officielle.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Le président de la République Emmanuel Macron lorsde son arrivée à Cayenne en Guyane, le 26 octobre 2017. (RONAN LIETAR / X02387 / REUTERS)

Si Emmanuel Macron "a bien voulu rencontrer les maires puisque ce n'était pas prévu au programme", le président de l'Association des maires de Guyane, David Riché, a toutefois regretté "des annonces en demi-teinte", vendredi 27 octobre sur franceinfo. Celui qui est également maire de Roura ressort donc avec un sentiment "mitigé", après la rencontre avec le président de la République à Cayenne, jeudi.

Emmanuel Macron n'est pas le Père Noël

À sa descente de l'avion, Emmanuel Macron a annoncé qu'il n'était "pas le Père Noël parce que les Guyanais ne sont pas des enfants". David Riché "le sait déjà". L'élu a souhaité surtout aborder la question des accords sur Guyane : "Emmanuel Macron a bien fait comprendre que, sur le plan d'urgence [1,08 milliards d'euros], cela suivait son cours, mais que sur le plan additionnel, les deux milliards, il verrait bien que ce soit intégré dans les Assises des outre-mer, alors que cela a déjà été signé !"

Sur ce sujet, David Riché "n'a pas besoin de Père Noël, on a besoin d'un gouvernement qui se rende compte qu'en Guyane, rien ne va, et je crois que lui-même l'a admis lorsqu'il a dit aux journalistes, en venant ici, de ne pas boire l'eau potable en Guyane, de ne pas se baigner dans nos fleuves, et de surtout avoir des rapports sexuels protégés. Cela mettait quand-même un petit peu l'ambiance", s'est agacé le maire de Roura, en référence aux conseils prodigués avant le départ aux journalistes qui accompagnent le chef de l'État dans son déplacement.

Alors que la soirée de jeudi a été marquée par des émeutes à Cayenne, David Riché regrette qu'il n'y ait eu aucune avancée en Guyane depuis le mouvement social du printemps : "Aujourd'hui les gens sont exaspérés de voir que rien n'avance, ou qu'en tous les cas cela avance trop doucement. Et chaque jour est un jour de trop."

David Riché a appelé Emmanuel Macron à aller "plus vite dans ce qu'il doit faire" :"Nous, on a vraiment besoin d'actes, de concret", a-t-il insisté. Le président de l'Association des maires de Guyane "en a un peu assez des premières pierres, des visites. Nous, ce que l'on veut, c'est vraiment des constructions qui démarrent, un hôpital où se faire soigner comme n'importe quel Parisien. On veut vraiment être de vrais Français et pas des Français de seconde zone. Aujourd'hui, la Guyane est loin derrière. Il faut rattraper, ce n'est pas avec un milliard qu'on va rattraper".

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.