Cet article date de plus de cinq ans.

Enquête sur la campagne d'Emmanuel Macron : "J'espère savoir si l'argent des Lyonnais a été utilisé à des fins de campagne électorale"

Le président du groupe Les Républicains à la métropole de Lyon, Stéphane Guilland, dénonce les conditions d'organisation d'une réception donnée par Emmanuel Macron, alors ministre de l'Économie, en juin 2016.

Article rédigé par franceinfo
Radio France
Publié
Temps de lecture : 2 min
Emmanuel Macron, alors ministre de l'Économie, à l'hôtel de ville de Lyon, le 2 juin 2016. (PHILIPPE JUSTE / MAXPPP)

"J'espère juste savoir si l'argent des Lyonnais a été utilisé ou pas à des fins de campagne électorale", déclare, mardi 26 juin sur franceinfo, Stéphane Guilland, le président du groupe Les Républicains à la métropole de Lyon, à l'origine d'une plainte contre X qui a donné lieu à l'ouverture d'une enquête préliminaire pour détournement de fonds publics par le parquet de Lyon.

franceinfo : À l'origine de cette plainte, vous dénoncez les conditions d'organisation d'une réception qui a eu lieu le 2 juin 2016. Pourquoi ?

Stéphane GuillandCette réception a eu lieu dans une belle salle lyonnaise, puisqu'il s'agit de la mairie de Lyon. C'était à l'époque Emmanuel Macron, ministre de l'Économie, qui était là et il avait été reçu avec un faste et un nombre d'invités qui n'avaient rien de commun avec les réceptions qu'on aurait pu avoir au même moment, celles de Manuel Valls alors Premier ministre, de Bernard Cazeneuve alors ministre de l'Intérieur. Et nous avions, élus lyonnais, déjà dénoncé à l'époque la réception d'un candidat. Gérard Collomb nous avait répondu que ce n'était que le ministre de l'Économie. Or, il s'avère que quand on consulte les comptes de campagne aujourd'hui, il y a des factures qui sont antérieures à cette date de juin 2016. C'est donc que la machine Macron, que la machine du candidat était déjà en route, et nous dénonçons cela. Mais il y a d'autres réunions lyonnaises, le meeting de février notamment.

Comment aurait-il fallu organiser cette réception pour qu'elle soit dans les règles, selon vous ?

La bonne distance aurait été d'avoir une réception normale d'un ministre, avec un peu moins d'invités. On sait qu'il y avait plus de 1 000 personnes. Si nous avons porté plainte, c'est parce que la mairie de Lyon comme la métropole refusent de nous donner accès aux documents. Nous demandons depuis un an la liste d'invités de la réception d'Emmanuel Macron pour pouvoir la comparer à la liste des invités de celle de Bernard Cazeneuve par exemple ou de celle de Manuel Valls. Or, on ne nous répond pas, au nom du respect de la vie privée. Nous estimons que vu de l'extérieur, cette réception n'était pas une réception classique d'un ministre mais était déjà une réception de campagne. Je vais vous faire une anecdote qui est assez marrante. Si on avait reçu le ministre comme nous le dit Gérard Collomb à l'époque, l'ensemble des conseillers municipaux auraient dû être invités, cela s'appelle le protocole républicain. Or, seuls les élus de la majorité étaient invités, c'était donc une réunion politique.

La défense de Gérard Collomb est de dire que c'est une simple polémique de l'opposition locale, en vue des prochaines élections municipales. Qu'en pensez-vous ?

Si c'est juste une polémique, qu'on nous donne les réponses aux questions qu'on pose depuis plusieurs mois, que la justice fasse son travail aujourd'hui, que l'enquête préliminaire fasse son travail, que les faits que nous avançons soient confirmés ou infirmés et tout ira bien. Vous savez, je suis juriste avant d'être élu, j'ai confiance en la justice de mon pays. J'espère juste savoir si l'argent des Lyonnais a été utilisé ou pas à des fins de campagne électorale.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.