Colonisation : l'utilisation du "Je vous ai compris" du général de Gaulle par Emmanuel Macron n'est "pas très habile"

Lors d'un meeting à Toulon, samedi, Emmanuel Macron a demandé "pardon" à ceux qu'il a blessés. Stéphane Rozès, politologue, estime dimanche sur franceinfo, "maladroite" la reprise de la célèbre formule "Je vous ai compris" du général de Gaulle.

Emmanuel Macron en meeting à Toulon, le 18 février 2017.
Emmanuel Macron en meeting à Toulon, le 18 février 2017. (BORIS HORVAT / AFP)

À Toulon, samedi 18 février, 200 personnes sont venues manifester devant le Zénith, où Emmanuel Macron était en meeting. Ces manifestants se sont dit "blessés et choqués" par les propos tenus par le candidat d'En Marche ! sur la colonisation française, qualifiée de "crime contre l'humanité", lors d'une visite à Alger.

Stéphane Rozès, président de la société de conseils CAP (Conseils, Analyses et Perspectives) et enseignant à Sciences Po, a qualifié cette phrase "d'erreur politique" ce dimanche sur franceinfo. Le mea-culpa d'Emmanuel Macron ne le convainc pas.

Une formule maladroite

Le candidat à la présidentielle a, en effet, tenté de rattraper cette erreur samedi à Toulon, en lançant un "Je vous ai compris", à la manière du général de Gaulle.

Pour Stéphane Rozès, ce message est certes en conformité avec sa vision de la politique, "une volonté de rassembler, de ne pas diviser et de dépasser le clivage gauche/droite", mais la formule est "maladroite""Ce n'est pas très habile de reprendre les propos du général de Gaulle."

Car ceux qui ont manifesté contre Emmanuel Macron, à Toulon, sont principalement des pieds-noirs [des Européens rapatriés d'Algérie ou leurs descendants] dans une région où le Front national est très implanté.Stéphane Rozès, président du CAPà franceinfo

Stéphane Rozès ajoute que "cette phrase du général de Gaulle, 'Je vous ai compris', lui avait été reprochée, souvenez-vous, par les partisans de l'Algérie française. Il enterrait la IVe République et instituait la Ve, aidé par les événements d'Algérie."

Stéphane Rozès : "Ce n'est pas très habile de reprendre les propos du général de Gaulle."
--'--
--'--