Cent jours d'Emmanuel Macron à l'Elysée : "Il y a une attente évidente" de la part des Français

Alors que la cote de popularité d'Emmanuel Macron est en chute dans les sondages, la députée La République en marche des Yvelines, Aurore Bergé, "comprend qu'il y ait une impatience" de la part des Français et "une obligation de résultats" du gouvernement. 

Aurore Bergé, députée La République en marche des Yvelines.
Aurore Bergé, députée La République en marche des Yvelines. (RADIO FRANCE / JEAN-CHRISTOPHE BOURDILLAT)

Cent jours après son élection à la présidence de la République, la cote de popularité d'Emmanuel Macron est en chute. Le chef de l'Etat doit-il changer sa façon de faire ? "Il y a une attente évidente", a répondu Aurore Bergé, députée La République en marche (LREM) des Yvelines, ex-membre des Républicains, mardi 15 août sur franceinfo. "Je comprends qu'il y ait une impatience", note la députée, "c'est pour cela que nous avons travaillé quasiment tout au long de cet été. C'est la raison pour laquelle "dès la rentrée, nous allons continuer à avancer", dit-elle.  

"Une obligation de résultats"

Aurore Bergé estime que le gouvernement n'a pas le droit à l'erreur : "On a une obligation de travailler et une obligation de résultats." Selon la députée LREM, les Français vont juger l'action du gouvernement dans l'année qui vient, avec ce premier budget "qui nous appartient", précise-t-elle. "Le fait qu'il n'y ait pas de hausse d'impôts, cela rompt avec une mauvaise tradition française, le fait qu'il y ait une baisse de la dépense publique rompt avec une forme d'addiction française. Tout cela se verra l'année prochaine."

La députée des Yvelines assure qu'à la rentrée, Emmanuel Macron "reprendra la parole, directement auprès des Français pour faire œuvre de pédagogie et expliquer ce qu'il est en train de faire, en termes de réformes."