"C'est une très bonne nouvelle" qu'Emmanuel Macron parle de "l'échec de l'intégration à la française", selon l'imam de Drancy

Interrogé sur le projet de loi "confortant les principes républicains" (plus connu sous le nom de projet de loi contre les "séparatismes"), le chef de l'Etat a évoqué plus largement les questions d'intégration et d'identité.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Le président de la République Emmanuel Macron, interrogé par Brut le 4 décembre 2020. (BRUNO LEVESQUE / MAXPPP)

L'imam de Drancy, Hassen Chalghoumi, a salué vendredi 4 décembre sur franceinfo les déclarations d'Emmanuel Macron, dans son interview à Brut, au sujet de "l'échec de l'intégration à la française". Pour lui, "c'est une très bonne nouvelle" que le chef de l'État emploie cette expression.

>> Violences policières, discriminations, climat : ce qu'il faut retenir de l'interview d'Emmanuel Macron au média Brut

"C'est un discours courageux", ajoute Hassen Chalghoumi. "On paie l'échec d'une trentaine d'années de cette intégration", dit-il, appelant au "dialogue avec cette jeunesse".

franceinfo : C'est "l'échec de l'intégration à la française", a dit Emmanuel Macron. Est-ce que vous partagez ce constat ?

Hassen Chalghoumi : C'est un discours courageux. Pour moi, c'est une très bonne nouvelle que le président de la République essaie de parler de ça. Jusqu'à aujourd'hui, beaucoup de nos concitoyens franco-algériens n'ont pas tourné la page. Je donne souvent l'exemple de la France et de l'Allemagne qui ont traversé deux guerres qui ont fait plus de 50 millions de morts… Aujourd'hui, il n'y a plus de frontière et les deux peuples vivent ensemble ! Pourquoi cela ne nous arriverait pas ? Qu'on arrête de reculer vers le passé et qu'on se tourne vers l'avenir !

Est-ce que vous pensez, comme le chef de l’État, qu'il faut finir le travail historique en Algérie ?

Il faut dire la vérité, on paie l'échec d'une trentaine d'années de cette intégration. Je pense qu'il faut parler de ça sans être récupéré par une extrême gauche victimaire ni par une extrême droite de la peur, sans haine et sans division.

"Il faut dialoguer avec cette jeunesse et lui expliquer ce que la France lui apporte avec ses lois et ses valeurs comme l'égalité."

Hassen Chalghoumi, imam de Drancy

à franceinfo

La République est là pour protéger tout le monde. Ce ne sont pas les sites internet des islamistes, le CCIF ou d'autres qui sont là pour eux, mais la République et l'islam des Lumières. Et c'est une très bonne nouvelle que la République s'engage pour faire des lois contre les séparatismes, contre le racisme. Ces lois ne sont pas contre les musulmans, mais contre les radicaux et les prêcheurs de haine.

Et notamment par le contrôle à venir de 76 mosquées soupçonnées de radicalisation ?

Soixante-seize mosquées, mais ça n'en fait que 3% sur 2 600. Ça peut faire peur mais quand il y a des personnes, des radicaux, des imams, des responsables associatifs ou d'autres qui salissent l'islam et les musulmans par des discours anti-républicains, je pense que la République doit s'imposer. Comme quand Napoléon avait imposé la création d'un consistoire israélite, comme quand la République a imposé ses règles aux catholiques en 1905. Aujourd'hui, la République impose des règles aux musulmans, au respect des lois de la République et la liberté de croire ou de ne pas croire.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.