Non, Brigitte Macron ne gagne pas 450 000 euros par an, contrairement à ce que vous avez peut-être lu sur Facebook

Un photomontage circulant sur les réseaux sociaux affirme, entre autres, que la première dame touche 450 000 euros par an et sera augmentée de 20% en 2019. Mais il cumule les imprécisions, voire les mensonges.

Le photomontage partagé sur les réseaux sociaux mêle de informations plutôt exactes bien qu\'imprécises, comme le nombre de bureaux, et des fausses informations, comme la rémunération de 450 000 euros par an. 
Le photomontage partagé sur les réseaux sociaux mêle de informations plutôt exactes bien qu'imprécises, comme le nombre de bureaux, et des fausses informations, comme la rémunération de 450 000 euros par an.  (DR)

Pixellisé, le photomontage de piètre qualité est barré du titre : "Stop aux abus de pouvoir". Mêlant de vraies et fausses informations, il a piégé de nombreux internautes qui l'ont partagé, pensant dénoncer le train de vie trop élevé de Brigitte Macron. La publication de la photo sur Facebook, le 3 août, a suscité plus de 4 000 partages. Une "fake news" sans doute crédibilisée par le logo et l'adresse du site internet de La France insoumise, qui figurent au bas du photomontage. Contacté par franceinfo, le mouvement de Jean-Luc Mélenchon assure que la photo "ne vient absolument pas" de chez lui. 

"Cette femme possède sept chauffeurs, quatre secrétaires, six bureaux", est-il inscrit sur la photo. Une affirmation qui pose problème. Si "l'aile Madame" de l'Elysée dispose bien de six bureaux, une partie d'entre eux sont utilisés par les agents de sécurité de Brigitte Macron, assure la Cour des comptes dans son rapport de 2017 (PDF) concernant la gestion des services de la présidence.

Deux véhicules lui sont alloués 

Selon le document, la première dame disposerait aussi de "quatre secrétaires". Il s'agit d'une imprécision : Brigitte Macron dispose en réalité d'un directeur de cabinet et d'un chef de cabinet, assistés de deux secrétaires, dont l'une est affectée seulement à mi-temps à ce service, détaille la Cour des comptes. D'après ses calculs, le coût annuel de rémunération de ces quatre collaborateurs s'élève à 278 750 euros. A titre de comparaison, Valérie Trierweiler disposait de cinq collaborateurs lors de son passage à l'Elysée, et Carla Bruni de huit collaborateurs, relève Libération

Le photomontage évoque aussi le chiffre de sept chauffeurs mis à disposition de l'épouse d'Emmanuel Macron. Si on ignore le nombre exact de chauffeurs qui œuvrent pour Brigitte Macron, on sait que deux véhicules de la flotte présidentielle lui sont alloués. L'un est utilisé pour ses déplacements, l'autre sert aux agents du groupe de sécurité de la présidence de la République (GSPR) qui assurent sa protection. 

Elle n'est pas rémunérée pour ses fonctions

Le photomontage affirme ensuite que Brigitte Macron touche 450 000 euros par an et qu'elle sera augmentée de 20% en 2019. Or, la première dame n'est pas rémunérée pour ses fonctions, comme l'indique la charte de la transparence publiée par l'Elysée en août 2017. Le texte précise bien qu'il n'y a pas de statut officiel pour l'épouse du président, qui occupe simplement "un rôle de représentation, de patronage et d'accompagnement du chef de l'État dans ses missions". 

Toutefois, Christophe Castaner précisait en septembre 2017 que le coût des moyens alloués à Brigitte Macron par l'Elysée s'élevait à 440 000 euros par an. Un chiffre proche des 450 000 avancés dans le photomontage, à un détail près : ce n'est pas la première dame qui touche personnellement cette somme. 

À titre de comparaison, le coût des collaborateurs et du site internet de Carla Bruni, lorsqu'elle était première dame, était bien plus élevé : 60 000 euros par mois, affirmait le gouvernement socialiste en 2013, selon Les Échos. Soit 720 000 euros par an. Mais la compagne de président la plus coûteuse a sans conteste été Bernadette Chirac : avec 21 personnes affectées à son service, son cabinet revenait à 80 000 euros par mois, selon l'ancien député PS René Dosière, cité dans Les Echos.

Elle bénéficie de la coiffeuse de la Présidence

Enfin, selon le rédacteur de ce photomontage, Brigitte Macron "dilapiderait" 150 000 euros par an en coiffeurs et esthéticiennes aux frais du contribuable. L'Elysée n'a jamais communiqué de chiffre officiel sur ce poste de dépenses. Selon le rapport de la Cour des comptes, Brigitte Macron bénéficie des services de la coiffeuse et de la maquilleuse de la Présidence. "Madame Macron ne fait appel ni à des conseils extérieurs ni à des prestataires privés, qui seraient rémunérés sur le budget de la Présidence", précise le document. 

Toutefois, Le Point révélait en août 2017 qu'en trois mois, le budget maquillage d'Emmanuel Macron avait atteint 26 000 euros. L'Elysée avait ensuite précisé que ce poste de dépenses avait vocation à baisser "significativement". La véracité du chiffre de 150 000 euros uniquement pour la coiffeuse et l'esthéticienne de Brigitte Macron semble donc largement improbable. 

En octobre 2017, le cabinet de la Présidence avait par ailleurs précisé auprès de Libération qu'Emmanuel Macron et sa femme achetaient leurs tenues avec leurs propres fonds. La Cour des comptes s'est fait confirmer que la personne qui choisit les tenues prêtées par les marques lors de certains déplacements n'est pas rémunérée par l'Elysée. 

Contacté par franceinfo, le cabinet de la première dame n'a pas souhaité réagir à ce photomontage, renvoyant vers le rapport de la Cour des comptes et soulignant que Brigitte Macron est la cible répétée de rumeurs malveillantes depuis l'élection d'Emmanuel Macron.