Enquête ouverte après le survol par un drone du fort de Brégançon où séjourne Emmanuel Macron

Selon le parquet de Toulon, l'engin a été neutralisé grâce à un brouillage d'ondes.

Le fort de Brégançon (Var) photographié le 5 août 2018 alors qu\'Emmanuel et Brigitte Macron y passent leur vacances d\'été. 
Le fort de Brégançon (Var) photographié le 5 août 2018 alors qu'Emmanuel et Brigitte Macron y passent leur vacances d'été.  (BORIS HORVAT / AFP)

Une enquête a été ouverte lundi 6 août à la suite du survol dans l'après-midi par un drone du fort de Brégançon (Var), où le président de la République Emmanuel Macron est actuellement en vacances, indique le service de presse de l'Elysée à l'AFP.

"Une enquête est en cours concernant ce survol", a indiqué l'Elysée à l'AFP, la préfecture du Var indiquant pour sa part que le drone était tombé à l'eau. Le parquet de Toulon, qui a ouvert une enquête, a affirmé que le drone avait été "neutralisé" en brouillant les ondes. 

Les ondes ont été brouillées, ce qui a provoqué sa chute puisque ce type d'appareil se pilote à distance avec des ondes", a indiqué une source judiciaire à l'AFP. L'enquête, ouverte pour "survol avec aéronef sans pilote d'une zone interdite", a été confiée à la Brigade de recherches de gendarmerie de Hyères (Var) et à la Brigade de gendarmerie des transports aériens.

Des recherches en mer pour récupérer le drone

"Des recherches ont été diligentées pour récupérer le drone au large, à 200 mètres du fort. A l'endroit approximatif où le drone s'est abimé, il y a environ 30 mètres de fond", selon le parquet. Mardi matin, la gendarmerie maritime et des membres du Groupement des plongeurs démineurs ont effectué une patrouille en mer dans la zone près du fort, a constaté un photographe de l'AFP.

Emmanuel Macron est arrivé vendredi en fin d'après-midi avec son épouse au fort de Brégançon, à Bormes-les-Mimosas (Var), résidence d'été des présidents de la République.

Après une rencontre diplomatique vendredi soir avec la Première ministre britannique Theresa May, le président, qui doit passer quinze jours sur place, n'a fait encore aucune apparition publique. L'Elysée a indiqué que "l'ensemble du programme de congés du Président est privé et non officiel" et que "les sorties du Président sont toutes privées".