Banlieues : la colère d'une maire après le discours de Macron

Lors des annonces d'Emmanuel Macron concernant les banlieues, plusieurs élus concernés ont été conviés à l'Élysée. La maire de Bondy (Seine-Saint-Denis), qui s'est sentie insultée par le Président, est partie avant la fin.

Voir la vidéo
FRANCE 2

Dans la salle des fêtes de l'Élysée mardi 22 mai, face à Emanuel Macron qui livre sa vision des banlieues, une élue quitte la salle pendant son discours. Elle est en colère. "Il était très donneur de leçons et un peu comme un instituteur qui parlait à sa classe, analyse-t-elle. (...) Je suis un peu déçue (...) J'attendais un peu autre chose". Cette femme, c'est Sylvine Thomassin, la maire PS de Bondy (Seine-Saint-Denis), 54 000 habitants.

Un sentiment d'abandon souvent partagé par les habitants

Pour elle, le Président s'est défaussé sur les maires. Elle affirme que la politique de la Ville a amélioré la situation dans les banlieues. L'élue aurait d'ailleurs souhaité que le plan Borloo soit intégralement repris. Elle conteste la vision du président, qu'elle qualifie "d'ultralibérale". Son sentiment d'abandon est souvent partagé par les habitants. À Bondy, le chômage des jeunes atteint 40%. La maire de la ville a très mal vécu le "clientélisme local" pointé par le Président.

Le JT
Les autres sujets du JT
sylvine thomassin 
sylvine thomassin  (FRANCE 2)