Alain Cocq : les derniers jours d’un condamné

Alain Cocq a décidé de cesser son traitement. Des militants associatifs l’accompagnent pour ces derniers jours.

France 3

Sa demande d’une fin de vie dans la dignité avec assistance médicale active lui a été refusée cette semaine par Emmanuel Macron, compatissant mais pas "au-dessus des lois". Alors, Alain Cocq a décidé de mourir seul. Hier soir, il a lu les articles le concernant et s’est adressé aux internautes. "À partir du moment où je vais me coucher, j’arrêterai de m’hydrater. Je sais que les jours qui m’attendent vont être très difficiles, mais néanmoins, j’ai pris ma décision et je suis serein", peut-on l’entendre dire.


Faire changer la loi


En filmant ses derniers jours, Alain Cocq espère faire changer la loi, qui n’autorise l’aide médicale à mourir que si l’on est en fin de vie, ce qui n’est pas son cas. Des militants pour le droit à mourir sont à son chevet, dont Jean-Luc Rom, de l’association pour le Droit de Mourir dans la Dignité. Pour lui, le combat d'Alain Cocq montre bien que l'on "meurt mal dans notre pays". 

Le JT
Les autres sujets du JT
Alain Cocq, militant de la fin de vie digne atteint d\'une maladie incurable, le 21 août 2020 dans son appartement à Dijon (Côte-d\'Or). 
Alain Cocq, militant de la fin de vie digne atteint d'une maladie incurable, le 21 août 2020 dans son appartement à Dijon (Côte-d'Or).  (PHILIPPE DESMAZES / AFP)