Cet article date de plus de trois ans.

Affaire Benalla : le gouvernement malmené à l'Assemblée

Publié
Durée de la vidéo : 2 min.
Affaire Benalla : le gouvernement malmené à l'Assemblée
FRANCE 3
Article rédigé par
France Télévisions

L'hémicycle était presque au complet ce mardi 24 juillet pour interroger les membres du gouvernement. Première cible : le Premier ministre. Édouard Philippe a tenté de réduire la crise autour de l'affaire Benalla. 

L'opposition attendait cette confrontation depuis cinq jours. Encouragé par ses troupes, Christian Jacob est le premier à ouvrir les hostilités. "Pourquoi Monsieur Benalla est à ce point protégé et privilégié par Monsieur Emmanuel Macron?", a questionné le député LR. "Je vous demande solennellement si oui ou non cet individu est en situation d'exercer des pressions sur le président de la République Française?", poursuit Christian Jacob.

La riposte d'Edouard Philippe

Sous pression, Édouard Philippe vole au secours de l'Élysée en tenant de relativiser la portée des révélations. "Une dérive individuelle de la part de ce chargé de missions ne fait pas une affaire d'Etat. Les copinages malsains qui ont été hier en commission d'enquête évoqués par le préfet de police ne font pas une affaire d'Etat ", a indiqué le Premier ministre. Ambiance électrique dans l'hémicycle... Richard Ferrand est interrompu, obligeant François de Rugy à intervenir. La séance se termine comme elle a commencé, sous les huées de l'opposition.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.