Emmanuel Macron : l'histoire secrète de sa rivalité avec Manuel Valls

Une équipe de France 2 s'est penchée sur une histoire secrète concernant le ministre de l'Économie.

FRANCE 2
Jusqu'à sa barbe qui a eu droit à des commentaires politiques, Emmanuel Macron, c'est la star du gouvernement. Dérangeant, décapant, sa marque de fabrique : "Il ne doit pas y avoir de tabou ni de posture". Mais ces dernières semaines, on ne se contente plus de sourire, car on a frôlé la rupture. Une semaine après les attentats du 13 novembre, Emmanuel Macron prend le contre-pied de Manuel Valls pour qui le terrorisme est inexcusable, lui pense qu'il y a un contexte : "La cause première du jihadisme, c'est la folie des hommes et cet esprit totalitaire et manipulateur de quelques-uns, mais il y a un terreau que nous avons laissé constituer, et ce terreau, c'est notre responsabilité".

Le point de non-retour ?

Emmanuel Macron pense donc qu'il faut changer de braquet, qu'il faut un choc. Il écrit alors le 16 décembre à François Hollande et lui propose un plan d'urgence contre le chômage. Des mesures prises par ordonnance pour favoriser l'embauche et pour cela, faciliter les licenciements. Le 31 décembre devant sa télévision, il déchante, le chef de l'État ne retient pas ses options. C'est un désaveu. Des rumeurs évoquent une démission du ministre. 
 
En attendant, Emmanuel va refaire du Macron, n'hésitant pas à annoncer la fin des 35 heures. Mais il y en a un qui ne supporte plus les sorties du ministre de l'Économie, c'est le chef, Manuel Valls. Sur les plateaux télé, le professeur corrige son élève avec le sourire, mais hors caméra, c'est la colère froide. Ce qui dérange peut-être le plus Manuel Valls, c'est de ne plus être lui le briseur de tabou.

 

Le JT
Les autres sujets du JT
Manuel Valls et Emmanuel Macron visitent le salon \"Creative France\" au Musée Miraikan à Tokyo. Japon, le 5 octobre 2015
Manuel Valls et Emmanuel Macron visitent le salon "Creative France" au Musée Miraikan à Tokyo. Japon, le 5 octobre 2015 (NICOLAS DATICHE / SIPA)