Vidéo Présidentielle : Christophe Castaner dénonce "l'hystérisation du débat politique" mais approuve le débat Mélenchon-Zemmour

Publié
Article rédigé par
Radio France

Le président du groupe La République en marche à l'Assemblée nationale a aussi critiqué sur franceinfo "les dérives d'Europe Écologie-Les Verts (EELV)" et "une forme de radicalité" de certaines figures de la primaire écologiste.

Jean-Luc Mélenchon "a raison" de débattre jeudi 22 septembre, à la télévision, avec Éric Zemmour, a estimé Christophe Castaner, le président du groupe La République en marche (LREM) à l'Assemblée nationale ce mercredi sur franceinfo, après avoir dénoncé "l'hystérisation du débat politique". Une "hystérisation" qui se fait "autour de thèmes et en particulier du pseudo candidat [Eric] Zemmour", qui est, a-t-il dit, "raciste et misogyne". "Le choix de Jean-Luc Mélenchon est surprenant parce qu'il annonçait il y a quelques temps, qu'il fallait boycotter CNews, parce que Zemmour y était", a relevé Christophe Castaner. "Mais il a raison de vouloir débattre, il faut débattre de ces thèmes-là", autrement dit de l'immigration.

Le chef de file des députés LREM critique aussi "les dérives d'Europe Écologie-Les Verts (EELV)" et "une forme de radicalité à revendiquer la décroissance comme un alpha et un oméga". Au premier tour de la primaire des écologistes, seule Delphine Batho a fait clairement campagne sur ce thème. Elle n'est pas membre d'EELV, mais coordinatrice nationale du parti Génération Écologie.

Le chef de file des députés LREM s'en est aussi pris à Sandrine Rousseau, qui est opposée à Yannick Jadot au second tour de cette primaire. "Quand on est dans une posture radicale comme Mme Rousseau ou comme M. Zemmour, on est dans une affirmation péremptoire qui se construit pour l'un sur le racisme et la peur des musulmans, totalement fantasmée, et, pour l'autre, sur la nostalgie d'une société éteinte", a-t-il affirmé.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Primaire écologiste

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.