Présidentielle : le secrétaire national d'EELV "assume pleinement" le résultat "décevant et l'échec" du premier tour

Publié
Article rédigé par
Radio France

Le candidat écologiste Yannick Jadot a réuni 4,7% des voix au premier tour de la présidentielle. Sa campagne présidentielle "n'a pas fonctionné", assume Julien Bayou.

Le résultat d'Europe Écologie-Les Verts au premier tour de l'élection présidentielle "est décevant, c'est un échec", a reconnu Julien Bayou, le secrétaire national d'Europe-Ecologie Les Verts (EELV), sur franceinfo le dimanche 17 avril. Le candidat Yannick Jadot a réuni 4,7% des voix et sa campagne "n'a pas fonctionné", assume Julien Bayou. Il appelle donc son parti à "se poser des questions et tirer les leçons". Et pour ce faire, lors d'un "conseil fédéral" organisé samedi par EELV, Julien Bayou a demandé à ce que soit produit "une sorte de cahier de doléances pour que les militants puissent faire remonter leurs ressentis".

>> Suivez les dernières informations sur la présidentielle dans notre direct

Europe Écologie-Les Verts n'ayant pas réussi à passer la barre des 5% lors du premier tour de la présidentielle, ses frais de campagne ne seront pas remboursés. "C'est une ardoise, un déficit très lourd de plus de cinq millions d'euros que nous devons rembourser", regrette Julien Bayou. Il rappelle qu'un appel aux dons a été lancé, récoltant en une semaine 1,2 million d'euros. Le secrétaire national d'EELV salue ainsi "un effort de solidarité incroyable" mais assure qu'un "effort supplémentaire" sera demandé aux "élus qui cotisent chaque mois" ainsi qu'aux "régions écologistes". Elles seront "mises à contribution pour soutenir, pour délayer des investissements", explique-t-il.

Julien Bayou fait un parallèle avec le Rassemblement national, qui selon lui n'a pas fini de rembourser un prêt de 9 millions d'euros à un créancier russe. "Contrairement à l'extrême droite, nous n'avons pas le soutien des oligarques russes pour avoir des prêts bonifiés sur lesquels vous ne remboursez rien", accuse le secrétaire national d'EELV. Il dénonce ainsi une "dépendance très directe aux amis du Kremlin" de la part du parti de Marine Le Pen.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.