Dîner du Crif : la polémique au-delà du rassemblement

Depuis le XIVe arrondissement de Paris, Maryse Burgot relate la tenue du dîner annuel du Crif en présence de François Hollande, mais sans le Conseil français du culte musulman.

France 2

C'est une première et elle tombe plutôt mal. Alors que le dîner annuel organisé par le Conseil représentatif des institutions juives de France (Crif) se déroule ce lundi 23 février à Paris en présence de François Hollande, le Conseil français du culte musulman a décidé de boycotter l'événement.
En cause, les propos du président du Crif Roger Cukierman. Ce dernier a déclaré, au matin du 23 février, que "toutes les violences aujourd'hui étaient réalisées par les jeunes musulmans".

L'essoufflement du "l'esprit du 11 janvier"

"Ce boycott marque une rupture, alors que cet événement est généralement plutôt consensuel, les hommes politiques de gauche comme de droite y viennent toujours. Nicolas Sarkozy était là et François Hollande est attendu, et généralement, les représentants du culte musulman sont assis à table à côté de ceux de la communauté juive", détaille Maryse Burgot au micro de France 2.
Quelques représentants de la communauté musulmane sont bien présents, comme l'imam de Drancy "venu ce soir par souci d'apaisement".

"Cette polémique nous éloigne beaucoup du fameux esprit de rassemblement du 11 janvier, ce qu'on regrette déjà beaucoup dans l'entourage de François Hollande", conclut la journaliste.

Le JT
Les autres sujets du JT
Le président du Crif, Roger Cukierman, le 4 mars 2014, lors du dîner annuel du Crif.
Le président du Crif, Roger Cukierman, le 4 mars 2014, lors du dîner annuel du Crif. ( MAXPPP)