Cet article date de plus d'onze ans.

Daniel Cohn-Bendit a prôné mardi à Francheville un "nouveau partenariat politique" avec les socialistes

Fort de ses 16,28% aux dernières élections européennes, le leader d'Europe Ecologie a le vent en poupe et fait campagne pour les régionales.Il a donc profité d'une visite de soutien à la liste Europe Ecologie conduite dans le Rhône par Véronique Moreira, pour énoncer les conditions d'une future alliance avec le PS. Les socialistes sont prévenus.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Pour Daniel Cohn-Bendit : "L'écologie dans une seule région, ça ne peut pas fonctionner". (© France televisions)

Fort de ses 16,28% aux dernières élections européennes, le leader d'Europe Ecologie a le vent en poupe et fait campagne pour les régionales.

Il a donc profité d'une visite de soutien à la liste Europe Ecologie conduite dans le Rhône par Véronique Moreira, pour énoncer les conditions d'une future alliance avec le PS. Les socialistes sont prévenus.

Si nous réussissons à faire 12, 14 ou 15% au niveau national et à partir du moment où nous devenons une force incontournable, il ne s'agit pas simplement de fusionner, mais d'inventer un nouveau partenariat politique qui décline le respect de l'un vers l'autre, sinon ça ne fonctionnera pas", a déclaré l'eurodéputé devant quelque 400 personnes rassemblées dans une salle communale.

"Nous sommes le parti de l'avenir et pas seulement de la résistance. Nous sommes la modernité face à des politiques du XXe siècle et si nous participons à des majorités, ce sera pour que dans toutes les régions il y ait des politiques qui se mettent en commun", a-t-il dit.

"Il faut que nos futurs partenaires comprennent que ce n'est pas être contre quelqu'un que de défendre son programme", a-t-il dit soulignant que "depuis des années le PS veut réparer, mettre des pansements mais ça ne marche pas car il n'y a pas de projet derrière." "Je sais que pour certains barons du PS, parfois, c'est dur à comprendre".

Critique acerbe du MoDem

"Le grand problème avec le MoDem, c'est de comprendre comment cette force politique s'est dégonflée après ses résultats de la présidentielle. C'est fascinant !", a lancé M.Cohn-Bendit à propos du parti de François Bayrou qui avait recueilli 18,6% des voix lors de l'élection présidentielle de 2007.

"Si les déchets nucléaires disparaissaient aussi rapidement que le MoDem, le problème des déchets nucléaires trouverait vite une solution", a-t-il ironisé. Daniel Cohn -Bendit n'a pas non plus épargné les socialistes.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.