Cet article date de plus d'onze ans.

Content du vote Hulot, Mélenchon regrette avoir perdu "la bataille des contenus"

Jean-Luc Mélenchon a salué jeudi le fait que Nicolas Hulot ait voté pour lui à la présidentielle. Mais il a regretté ne pas être parvenu à imposer le thème de l'environnement et avoir perdu "la bataille des contenus".
Article rédigé par Francetv 2012
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min
Jean-Luc Mélenchon (AFP/Denis Charlet)

Jean-Luc Mélenchon a salué jeudi le fait que Nicolas Hulot ait voté pour lui à la présidentielle. Mais il a regretté ne pas être parvenu à imposer le thème de l'environnement et avoir perdu "la bataille des contenus".

Le leader du Front de gauche Jean-Luc Mélenchon a salué jeudi 21 juin le fait que Nicolas Hulot ait voté pour lui à la présidentielle.

"Oui, ça me fait très plaisir", a-t-il déclaré à des journalistes qui l'interrogeaient sur le fait que l'ancien présentateur d'Ushuaïa ait admis qu'il avait voté pour lui le 22 avril et non pour Eva Joly, qui l'avait battu dans la primaire écologiste il y a un an.

"La viande halal a eu du succès médiatique, la planification écologique zéro"

"Parce que le seul échec que je me reconnais, de ces deux campagnes, c'est de ne pas être parvenu, quelque effort que j'aie fait, à installer un quelconque sujet de débat politique", a ajouté M. Mélenchon dans l'enceinte du palais de justice de Paris.

"C'est-à-dire que la viande halal a eu beaucoup de succès médiatique, la planification écologique zéro", a-t-il ajouté. "Pourtant j'en ai parlé dans tous mes discours, sans exception."

Eliminé lors du premier tour de la présidentielle, M. Mélenchon a ensuite été battu lors des législatives dans la 11e circonscription du Pas-de-Calais (Hénin-Beaumont), où il affrontait notamment la présidente du Front national Marine Le Pen.

"Je ne suis pas arrivé à faire connaître que je m'opposais à Mme Le Pen contenu contre contenu", a déploré M. Mélenchon, tout en mettant en cause le fonctionnement des médias.

"L'erreur, c'est d'avoir surestimé le niveau intellectuel des médias"

"La machine médiatique s'intéresse à des formats conceptuels de plus en plus étroits. Il lui faut des choses simples à consommer, en quelques mots, des situations un peu infantilisées", a-t-il estimé.

"Je me disais 'je vais là-bas comme ça tous les feux de l'actualité vont s'allumer et on va voir la bataille de contenus'", a-t-il dit. "Ce qui est une erreur, c'est d'avoir surestimé le niveau intellectuel des médias qui observaient."

"La médiatisation de la bataille à Hénin-Beaumont a produit le résultat inverse de celui que j'attendais, c'est-à-dire qu'elle n'a rien mis en lumière du tout. c'est un paradoxe, non?", a-t-il interrogé.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.