VIDEO. Primes de Claude Guéant : "Un problème majeur" pour Raffarin

L'ancien Premier ministre estime que les primes touchées par Claude Guéant correspondent à de l'argent utilisé pour "faire des primes de cabinet", alors que celles-ci avaient été supprimées.

Francetv info

Jean-Pierre Raffarin est catégorique. Les primes touchées par Claude Guéant, lorsque ce dernier occupait le poste de directeur de cabinet du ministre de l'Intérieur entre 2002 et 2004, ne pouvaient être des primes de cabinet. Premier ministre à cette période, l'actuel sénateur UMP a assuré, mardi 11 juin sur France 2, que ces primes avaient été supprimées début 2002 : "Seule une procédure du ministère de l'Intérieur aurait pu permettre ce dispositif."

Pour expliquer les sommes liquides qu'il a touchées à l'époque, 10 000 euros touchés chaque mois, Claude Guéant avait dans un premier temps évoqué des primes de cabinet, en fait supprimées en 2002. Il avait alors expliqué que ces primes provenaient des frais d'enquête et de surveillance, ce qu'un rapport d'inspection a confirmé lundi 10 juin. 

Interrogé sur la gravité des faits reprochés à Claude Guéant, Jean Pierre Raffarin a qualifié l'affaire de "problème majeur" : "Cet argent n'était pas destiné à des primes de cabinet puisque ces primes de cabinet ont été supprimées. Donc ça veut dire qu'on a utilisé de l'argent qui était destiné à autre chose pour faire des primes de cabinet", explique le sénateur. "Si cela est vrai, c'est en effet quelque chose de préoccupant."

Le sénateur UMP Jean-Pierre Raffarin, le 30 mai 2013 à Paris, lors d\'une convention UMP sur l\'Europe.
Le sénateur UMP Jean-Pierre Raffarin, le 30 mai 2013 à Paris, lors d'une convention UMP sur l'Europe. ( MAXPPP)