VIDEO. Guaino : "Bachelot s'est roulée par terre pour être ministre jusqu'à la dernière seconde"

L'ex-conseiller spécial de Nicolas Sarkozy a très peu goûté aux commentaires de Roselyne Bachelot sur Claude Guéant. 

PUBLIC SENAT

Un partout, balle au centre. L'ex-conseiller spécial de Nicolas Sarkozy, Henri Guaino, a vivement critiqué l'ancienne ministre Roselyne Bachelot, jeudi 2 mai, après que cette dernière a accusé Claude Guéant d'être "soit un menteur, soit un voleur". Alors que l'ex-ministre de l'Intérieur est soupçonné d'avoir bénéficé d'un versement de plus de 500 000 euros depuis l'étranger, et d'avoir touché des "primes de cabinet" indues, Roselyne Bachelot, chroniqueuse sur la chaîne D8, avait affirmé qu'il était "absolument impossible d'avoir touché des primes de cabinet à partir de 2002".

Affirmant être "sûr que Claude Guéant n'a volé cet argent à personne", Henri Guaino a estimé que Roselyne Bachelot "incarn[ait] l'absolue indécence en politique". "Elle s'est roulée par terre pour être ministre jusqu'à la dernière seconde", a-t-il lâché sur Public Sénat. Et d'ajouter : "Qu'elle continue à faire le clown à la télé !" Mardi sur France 2, Claude Guéant avait lui-même répondu à son ancienne collègue, disant "admirer la délicatesse de madame Bachelot, qui sans doute peine un peu pour remonter [les audience de] l'émission à laquelle elle participe".

Pour Morano, Bachelot "s'érige en procureur médiatique"

Jeudi matin, Nadine Morano a également volé au secours de Claude Guéant. "Je ne me serais pas permise, sans savoir, de m'ériger en procureur médiatique tel qu'elle l'a fait, a lancé l'ancienne ministre de l'Apprentissage sur France Inter, au sujet de Roselyne Bachelot. Elle ferait mieux de se contenter de son rôle d'animatrice dans son émission plutôt que de donner des jugements qui ne sont pas dignes dès lors qu'elle ne sait pas le fond de l'affaire."

L\'ancien conseiller spécial de Nicolas Sarkozy, Henri Guaino, lors d\'un meeting de l\'UMP le 15 septembre 2012, à Samoëns (Haute-Savoie).
L'ancien conseiller spécial de Nicolas Sarkozy, Henri Guaino, lors d'un meeting de l'UMP le 15 septembre 2012, à Samoëns (Haute-Savoie). (PHILIPPE DESMAZES / AFP)