Primes en liquide : les explications de Claude Guéant mises à mal

L'ex-ministre affirme qu'un système de primes spécifique au ministère de l'Intérieur a perduré jusqu'en 2006. Ce que contredit un ex-employé.

Claude Guéant lors d\'une conférence de presse, à Kirchberg (Luxembourg), lorsqu\'il était ministre de l\'Intérieur, le 26 avril 2012.
Claude Guéant lors d'une conférence de presse, à Kirchberg (Luxembourg), lorsqu'il était ministre de l'Intérieur, le 26 avril 2012. (GEORGES GOBET / AFP)

A l'en croire, "plusieurs milliers" de fonctionnaires du ministère de l'Intérieur ont bénéficié pendant des années de primes versées en liquide. Ainsi l'ex-ministre Claude Guéant se défend-il après les révélations du Canard enchaîné, selon lequel des traces de paiements en liquide de factures ont été retrouvées à son domicile lors d'une perquisition. Des "primes de cabinet" qu'il aurait touchées, dit-il, en tant que directeur de cabinet de Nicolas Sarkozy quand ce dernier était ministre de l'Intérieur, entre 2002 et 2004, puis entre 2005 et 2007.

"C'est un système qui existait au vu et au su de tous avec une parfaite connaissance de la part des services fiscaux", s'est défendu l'ancien ministre de l'Intérieur, mardi 30 avril, sur France 2. Mais ses explications n'ont, pour l'heure, pas convaincu grand-monde.

Les primes aux collaborateurs supprimées sous Jospin

Première curiosité dans la défense de Claude Guéant : les primes versées en liquide aux collaborateurs des ministres ont été supprimées par un décret de Lionel Jospin en 2001. Ancien ministre de l'Intérieur de Lionel Jospin, Daniel Vaillant, confirme : "Il n'y a plus eu de primes versées aux collaborateurs dès le 1er janvier 2002, avec un avenant au contrat de travail stipulant que l'équivalent serait versé sur la feuille de salaire", et non plus en espèces, a-t-il expliqué à France Info.

Roselyne Bachelot, qui fut ministre en même temps que Claude Guéant, ne mâche pas ses mots à propos de la défense de ce dernier. "Soit c'est un menteur, soit c'est un voleur !", a-t-elle lancé, sur le plateau du "Grand 8", sur la chaîne D8, où elle est chroniqueuse. René Dosière, député apparenté PS, spécialiste de la gestion des deniers de l'Etat, a également fait part de sa "surprise totale" après les explications de l'ancien ministre.

France 2

Un ex-collaborateur de Villepin contredit l'ancien ministre

Mardi, sur France 2, Claude Guéant a toutefois affirmé que les primes qu'il a touchées ne provenaient pas des fonds spéciaux supprimés par Lionel Jospin, mais d'un système spécifique au ministère de l'Intérieur, qui aurait perduré jusqu'en 2006, date à laquelle Nicolas Sarkozy et lui-même y auraient mis fin.

Une explication que contredit un ancien membre de cabinet de Dominique de Villepin, ministre de l'Intérieur de mars 2004 à mai 2005. "Il n'y avait aucun système organisé, officiel ou officieux, de versement de telles primes en liquide aux collaborateurs du cabinet", explique-t-il au Monde. Et d'ajouter : "Si j'ai bien touché une prime de cabinet officielle virée avec mon salaire et mentionnée sur mon bulletin de paie, pas un centime ne m'a été versé en liquide."