Privatisation de la Française des jeux : le prix de l'action fixé à 19,90 euros

Il s'agit du haut de la fourchette initiale, a annoncé le ministre de l'Economie Bruno Le Maire.

Une affiche incite à acheter des actions sur la façade du siège de la Française des jeux à Boulogne-Billancourt (Hauts-de-Seine), le 7 novembre 2019.
Une affiche incite à acheter des actions sur la façade du siège de la Française des jeux à Boulogne-Billancourt (Hauts-de-Seine), le 7 novembre 2019. (ERIC PIERMONT / AFP)

Le ministre de l'Economie et des finances Bruno Le Maire a annoncé, mercredi 20 novembre, avoir fixé à 19,90 euros le prix de l'action Française des jeux, à la veille de l'introduction en Bourse de l'entreprise. Celle-ci devrait rapporter "plus de 2 milliards d'euros" à l'Etat selon le ministre. Les investisseurs et les particuliers ont demandé, au total, pour 11 milliards d'euros d'actions, soit un "succès spectaculaire", a salué Bruno Le Maire, qui a précisé que 40% des titres seraient réservés aux particuliers.

La fourchette initiale de prix était comprise entre 16,50 et 19,90 euros, avec une décote de 2% prévue pour le grand public. "Nous avons décidé de porter de 33 à 40% la part des titres réservés aux investisseurs particuliers", a précisé Bruno Le Maire, qui a indiqué que ceux qui ont souscrit moins de 2 000 euros "seront intégralement servis". Pour ceux qui ont souscrit au-delà, "seulement 10% de la demande pourra être servie", a-t-il ajouté.

Au total, "un demi-million de personnes" ont participé à la souscription. A l'issue de l'opération, l'Etat détiendra 20% du capital et les particuliers plus de 21%. Les anciens combattants verront leur position renforcée, tandis que les salariés du groupe détiendront entre 5 et 7%. "L'Etat, les actionnaires historiques et les Français détiendront plus de 60% du capital" de la FDJ, a résumé le ministre.