"Oublions Hercule" : que signifie l'abandon du nom du projet de réorganisation d'EDF annoncé par Bruno Le Maire ?

Le ministre de l'Economie et des Finances, Bruno Le Maire, a appelé vendredi à construire "ensemble le grand EDF" en oubliant le nom du projet décrié... Mais le contenu n'est pas changé pour autant. 

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 3 min.
Le ministre de l'Economie et des Finances, Bruno Le Maire, lors d'une conférence de presse à Paris, le 8 avril 2021. (ERIC PIERMONT / AFP)

"Oublions Hercule et construisons ensemble le grand EDF." Dans les colonnes du quotidien Ouest-Francevendredi 23 avril, le ministre de l'Economie, Bruno Le Maire, a acté l'abandon du nom "projet Hercule" à propos du chantier tant décrié de réorganisation d'EDF. Présenté en juin 2019, ce plan consiste en une transformation du groupe EDF en trois entités distinctes. Il fait déjà l'unanimité contre lui, syndicats et opposition y voyant une manière de démanteler une entreprise stratégique.

Interrogé par le quotidien, le ministre a tenté de rassurer, vendredi : "L'unité du groupe EDF ne se négocie pas. Nous ne démantèlerons pas EDF." Et Bruno Le Maire de souligner son intention de garder des liens entre les différentes structures du groupe : "Son unité passe par des garanties formelles sur lesquelles nous sommes encore en discussion avec la Commission [européenne] : par exemple une direction des ressources humaines qui puisse s'occuper de l'ensemble des salariés du groupe." Il a notamment insisté sur le maintien des financements entre les filiales, une "ligne rouge" à ne pas dépasser selon son entourage : "L'unité, c'est aussi la possibilité d'avoir des flux financiers entre les différentes entités du grand EDF : le nucléaire, les énergies renouvelables ou les réseaux. La négociation se poursuit." 

Un projet toujours d'actualité

Faut-il voir dans ces annonces une manière de revenir sur le projet ? Pas vraiment. Si le nom Hercule est abandonné, le projet, lui, n'est ni retiré ni modifié sur le fond, a confirmé l'entourage du ministre à franceinfo. Il resterait ainsi basé sur un même socle : la division en plusieurs entités du groupe EDF, à savoir une société mère et deux filiales.

Dans un document transmis aux syndicats (PDF) début avril, le ministre de l'Economie et des Finances détaillait déjà un projet qui ne fait mention d'aucun nom, mais qui reprend les grandes lignes du projet Hercule. Il consisterait en une "réorganisation interne du groupe". Au centre, la société EDF SA, possédée à 100% par l'Etat et qui "ne serait plus cotée en bourse". Elle serait chargée de la gestion des activités hydrauliques, nucléaires et thermiques du groupe.

Deux filiales découleraient ensuite de cette société mère. La première, possédée à 100% par EDF SA (et donc par l'Etat), serait chargée de la gestion des activités hydroélectriques. La deuxième filiale, "contrôlée très majoritairement par EDF SA", serait dédiée aux activités renouvelables et aux réseaux de distribution, soit l'activité commerciale du groupe. L'ouverture aux capitaux privés serait estimée entre 30 et 35%, "mais ces chiffres ont pu évoluer au fil des discussions", rappellent les syndicats. 

"Il y a une crispation au sein des équipes"

"Au début, on se posait la question, à savoir si le ministre nous avait vraiment entendus, mais on a vite été déçus. Il nous a lui-même présenté un projet similaire au projet Hercule", déplore Sébastien Michel, secrétaire fédéral en charge de la politique énergétique et de la transition écologique à la FCE-CFDT. "La situation est en train de dégrader fortement les conditions du dialogue social, il y a une crispation au sein des équipes", pointe-t-il auprès de franceinfo. 

Agnès Pinson, déléguée syndicale FO à Lille (Nord) au sein de la branche commerce du groupe, s'inquiète pour sa part du statut futur des salariés de son secteur : "Si on est rachetés à 35% par le privé, ça ouvre la porte vers une absorption totale par des groupes privés. Et donc à la fin du statut spécifique pour les salariés issus de cette entité." Un statut déjà refusé aux salariés des activités d'énergie renouvelable du groupe, et dont les syndicats militent pour la sauvegarde. 

L'absence de modifications concrètes dans le projet porté par Bruno Le Maire n'a pas fait évoluer la position globale des syndicats. "La réforme d'EDF est désormais innommée et ne s'appellerait plus Hercule mais ses fondamentaux restent absolument inchangés avec un morcellement et une désorganisation réaffirmés. Les salariés du groupe EDF (...) continuent de rejeter cette réforme avec raison et détermination", déclarait l'intersyndicale dans un communiqué du 8 avril (PDF). Des réunions avec l'ensemble des confédérations syndicales auront lieu à l'initiative du ministre pendant la semaine du 26 avril.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Bruno Le Maire

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.