Le PS se déchire un peu plus, ce qui profite à Mélenchon et Macron

En attendant le remaniement du gouvernement, le Parti socialiste fait l'actualité avec la rupture de son aile gauche, les anciens frondeurs du quinquennat Hollande.

France 3

Il y a à peine un mois à Marseille, les anciens frondeurs du PS Emmanuel Maurel et Marie-Noëlle Lienemann créaient leur club, Nos Causes communes, et depuis ce week-end, ils font bande à part. Jean-Luc Mélenchon leur a ouvert les bras dimanche 14 octobre. Le leader de La France insoumise leur promet une place aux élections européennes sur la liste de son parti.

"Populistes comme Mélenchon, jamais"

Parmi les multiples mouvements de gauche, il y a Génération-s de Benoît Hamon, qui a à nouveau refusé sur France 3 dimanche midi l'appel au rassemblement lancé par le socialiste Luc Carvounas. Le patron du PS, Olivier Faure, estime qu'un homme de gauche, c'est tout sauf Mélenchon : "Nous ne serons jamais populistes. Socialistes oui. Écologistes oui, démocrates oui. Populistes jamais". Avec cette gauche fragmentée, Emmanuel Macron n'a pas beaucoup de souci à se faire.

Le JT
Les autres sujets du JT
La sénatrice Marie-Noëlle Lienemann, le conseiller régional Emmanuel Maurel et le député Jérôme Guedj, tous trois membres de l\'aile gauche du PS, le 9 octobre 2012 à Paris.
La sénatrice Marie-Noëlle Lienemann, le conseiller régional Emmanuel Maurel et le député Jérôme Guedj, tous trois membres de l'aile gauche du PS, le 9 octobre 2012 à Paris. (MAXPPP)