Benoît Hamon : "Le président Jupiter, c'est ridicule !"

Invité de 8h30 Aphatie, Benoît Hamon estime que "se comparer aux dieux est ridicule" : "La mise en scène du pouvoir me semble décalée."

Invité de franceinfo, lundi 3 juillet, Benoît Hamon s'est montré critique envers "le président Jupiter" que souhaite incarner Emmanuel Macron depuis son élection à la présidence de la République. L'ancien candidat, qui vient de quitter le PS pour fonder le Mouvement du 1er-Juillet, a estimé que "Jupiter, c'est ridicule". 

"Cette posture jupitérienne est ridicule", a pointé Benoît Hamon, qui préfère le mythe de Prométhée, "qui vole le feu aux dieux pour le donner aux hommes". "Je trouve plus intéressant de réfléchir à la circulation du pouvoir, de la connaissance et de l'information entre les citoyens plutôt que se mettre dans la situation de ce 'président Jupiter'." 

"A un moment, il faut atterrir !"

Benoît Hamon a raillé "ces ministres qui, maintenant, s'inventent en Hermès" comme Bruno Le Maire, ministre de l'Economie : "D'abord, c'était chez les Grecs, mais ce n'est pas grave. Mais il le revendique comme le dieu des messagers et des marchands, mais je rappelle que c'était aussi le dieu des voleurs. Pour un ministre de l'Economie, c'est un peu embêtant. Tout ça est ridicule."

"Se comparer aux dieux, c'est ridicule, a poursuivi Benoît Hamon. A un moment il faut atterrir ! On peut vouloir la Ve République et incarner une figure forte, sans aller puiser dans la mythologie grecque ou romaine. L''Olympe est un lieu exclusivement réservé aux dieux, ce qui est une image un peu curieuse. (...) La mise en scène du pouvoir me semble décalée."

Pendant la campagne, Emmanuel Macron, alors candidat, avait assuré qu'il serait un président "jupitérien", succédant au président "normal" Hollande et à l'"hyperprésident" Sarkozy. Dans la mythologie romaine, Jupiter est le dieu qui gouverne la terre et le ciel, ainsi que les autres dieux.

Benoit Hamon, Fondateur du Mouvement du 1er-juillet et ancien candidat PS à l’élection présidentielle.
Benoit Hamon, Fondateur du Mouvement du 1er-juillet et ancien candidat PS à l’élection présidentielle. (RADIO FRANCE / JEAN-CHRISTOPHE BOURDILLAT)