INFO FRANCEINFO. L'IGPN a été saisie après la mort d'un jeune homme à moto à Villiers-le-Bel en marge d'un contrôle policier

La police des polices est saisie de l'affaire après la mort d'un jeune homme de 23 ans au guidon de sa moto. 

Villiers-le-Bel (Val-d\'Oise).
Villiers-le-Bel (Val-d'Oise). (GOOGLE MAPS / FRANCEINFO)

L'IGPN a été saisie après la mort d'un jeune homme de 23 ans, dans un accident de moto à Villiers-le-Bel (Val-d'Oise) dimanche 6 octobre, a appris franceinfo de source proche du dossier. Maitre Yassine Bouzrou, avocat de la famille du jeune homme, s'est dit "satisfait" de la saisie de l'IGPN, car selon lui, c'était "une décision qui s'imposait".

Une instruction pour "homicide involontaire contre X" déjà ouverte 

Les faits avaient eu lieu dimanche peu avant 17 heures dans le quartier de la Cerisaie, alors que des policiers interpellaient un autre homme en "défaut de permis de conduire", selon le préfet du Val-d'Oise dans un communiqué. Ce conducteur avait pris la fuite à pied après avoir abandonné sa voiture. D'autres policiers, venus en renfort près de la voiture abandonnée, ont alors vu arriver un jeune en moto à "vitesse élevée", avait indiqué le préfet. Le motard avait chuté et percuté un lampadaire alors que des policiers lui avaient demandé de ralentir. 

"Nous avons perdu beaucoup de temps. Il est temps que la vérité soit faite, que les caméras soient exploitées correctement, que les témoins soient entendus correctement, que les véhicules soient expertisées correctement", a réagi Yassine Bouzrou. "Nous avons perdu un temps précieux à cause de la non saisie de l'IGPN", a ajouté l'avocat. Une instruction avait été ouverte jeudi 10 octobre par le parquet de Pontoise pour "homicide involontaire contre X".

Une marche blanche avait réuni près de 500 personnes le 13 octobre dernier. Plusieurs proches du jeune homme tué avait participé à ce rassemblement. "Nous sommes ici pour dénoncer les violences subies par mon frère (...) tué par la police", avait lancé au micro l'un de ses frères aînés. Villiers-le-Bel a déjà été éprouvé par la mort en 2007 de deux adolescents dans la collision entre leur mini-moto et une voiture de police. Leur décès avait donné lieu à l'époque à des émeutes urbaines et de violents affrontements avec les forces de l'ordre.