Au salon des maires, Marine Le Pen esquive les élus

La candidate du FN à la présidentielle s'est rendue au congrès de l'Association des maires de France à Paris mardi sans en rencontrer un seul, préférant plaider l'anonymat des parrainages publics devant la presse.  

Au 94e congrès de l\'Association des maires de France à Paris, Marine Le Pen, candidate du Front national à la présidentielle, a enchaîné conférence de presse et intervention sur la chaîne Public Sénat sans rencontrer les élus, mardi 22 novembre 2011.
Au 94e congrès de l'Association des maires de France à Paris, Marine Le Pen, candidate du Front national à la présidentielle, a enchaîné conférence de presse et intervention sur la chaîne Public Sénat sans rencontrer les élus, mardi 22 novembre 2011. (MARTIN BUREAU / AFP)

Une première pour le Front national (FN) : sa candidate à la présidentielle s'est rendue, mardi 22 novembre, au Salon des maires et des collectivités locales à Paris. Mais on retiendra surtout de cette visite sans précédent une incohérence : oui, Marine Le Pen s'est déplacée mais elle n'a pas rencontré les édiles. 

Sa visite a commencé par une conférence de presse, au dernier étage d'un bâtiment à part du parc des Expositions, dans le 15e arrondissement. Objectif : réclamer l'abrogation de l'article d'un décret de mars 2001 qui oblige un candidat à la présidentielle à obtenir 500 parrainages d'élus pour se présenter.

Ces signatures rendent la tâche du FN difficile pour la présidentielle. D'autant qu'elles sont rendues publiques. L'anonymat des soutiens serait plus favorable à son parti, martèle Marine Le Pen. "J'ai des retours du terrain, la situation est la même qu'en 2007, voire elle s'aggrave", assure la candidate FN à la présidentielle, répétant la stratégie adoptée par son père lors des précédentes élections. Et de dénoncer en vrac : "Une situation inadmissible" que la démocratie "ne supporte plus", "une ineptie""un déni de démocratie" ou encore une "tricherie" de la part de grands partis qui ne seraient "plus capables de remporter une élection à la loyale"

"Je n'attends pas le Salon pour parler ruralité"

"Je préfèrerais mille fois évoquer ici les vrais problèmes rencontrés par les maires", s'exclame-t-elle. Oui, mais elle ne le fera pas. Si le salon "n'est pas l'endroit pour chercher des signatures, précise-t-elle, n'est-ce pas celui pour rencontrer les édiles, parler de ce qui les concerne ? "Je le fais toute l'année, je n'attends pas le Salon des maires pour parler ruralité ! ", rétorque la candidate FN. Et quand un journaliste ose : "Mais vous auriez pu faire une visite de courtoisie ?", la frontiste s'agace : "J'ai déjà répondu !"

A l'issue de sa rencontre avec la presse, Marine Le Pen s'est rendue sur le plateau de de la chaîne Public Sénat dans le hall d'entrée du 94e congrès de l'Association des maires de France sans saluer un participant sur son passage. Elle est repartie aussi sec après l'émission, laissant les maires perplexes, certains soufflant même ne pas "être prêts de signer !"