Présidentielle 2022 : Arnaud Montebourg veut une "nouvelle force" pour "briser la tenaille entre Macron et Le Pen"

L'ancien avocat et ministre de l'Economie et du Redressement productif a lancé en janvier un mouvement pour préparer sa candidature.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Arnaud Montebourg lors de l'inauguration d'un verger d'amandiers à Sérignan-du-Comtat (Vaucluse), le 6 mai 2021. (CLEMENT MAHOUDEAU / AFP)

Il veut "briser la tenaille entre Macron et Le Pen". L'ancien ministre socialiste Arnaud Montebourg a lancé, lundi 7 juin, un appel à la création d'une "nouvelle force populaire et républicaine" en vue de l'élection présidentielle de 2022. Son objectif, avec ses "propositions pour faire émerger et gagner" cette "nouvelle force", "un bloc populaire", dans une tribune parue sur le site du journal Le Monde, est d'"unir, unifier, élargir, rassembler pour briser la tenaille entre Macron et Le Pen", entre "le bloc bourgeois qui représente l'élite" et "le bloc réactionnaire".

L'ancien avocat et ministre de l'Economie et du Redressement productif, devenu entrepreneur dans l'agroalimentaire bio, a lancé en janvier un mouvement pour préparer sa candidature à 2022. Arnaud Montebourg, chantre du "made in France" qui veut que "la France s'organise enfin contre la mondialisation qui nous étrille", rappelle notamment que "4 millions de citoyens ont voté blanc ou nul et 12,1 millions se sont abstenus dans le choix entre En marche! et le FN" lors du second tour de la présidentielle de 2017.

Dépasser le clivage gauche/droite

"L'inconnue pour 2022 est de savoir s'il est possible de réunifier cette force populaire et républicaine sur un programme politique interventionniste, régulationniste, républicain et laïc, dans et en dehors des partis", écrit l'ancien ministre de François Hollande, qui prône aussi le contrôle de l'immigration et la lutte contre l'islamisme politique.

Cherchant à dépasser le clivage gauche/droite, il s'adresse ainsi à "des populations qui aspirent à s'en sortir par leur travail et à en vivre dignement, qu'ils soient anciennement affiliés à la droite (petits commerçants, artisans, travailleurs indépendants, agriculteurs) ou à la gauche (ouvriers, employés, fonctionnaires de première ligne)". Selon lui, "tous ceux-là peuvent former une nouvelle majorité".

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Arnaud Montebourg

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.