Dailymotion victime du "préjugé nationaliste" de Montebourg, selon la presse américaine

En refusant la proposition de rachat de Yahoo!, Arnaud Montebourg a étouffé le site français, estiment les éditorialistes outre-Atlantique.

Le ministre du Redressement productif, Arnaud Montebourg, à la sortie du Conseil des ministres, à l\'Elysée, le 2 mai 2013. 
Le ministre du Redressement productif, Arnaud Montebourg, à la sortie du Conseil des ministres, à l'Elysée, le 2 mai 2013.  (JACQUES BRINON / AP / SIPA)
avatar
Camille CaldiniFrance Télévisions

Mis à jour le
publié le

Arnaud Montebourg a-t-il tué Dailymotion ? Plusieurs éditorialistes américains le sous-entendent, après son refus de laisser Yahoo! racheter la plateforme de partage de vidéos française, mercredi 1er mai. De l'autre côté de l'Atlantique, la presse déplore le protectionnisme du ministre du Redressement productif, accusé d'entraver le développement du site, propriété de France Télécom-Orange.

"Risible et irréfléchi"

Le Wall Street Journal (en anglais) trouve "révélateur" que le ministre du Redressement productif parle encore de Dailymotion comme d'une start-up, alors que la société, lancée en 2005, est devenue la 11e plateforme vidéo du monde. "C'est gentil de la part de Hollande et Montebourg de parler des petites entreprises, mais ils se trompent en les traitant comme des fleurs rares et précieuses qui ont besoin d'être choyées par l'Etat", écrit le quotidien économique. "Si on ne les laisse pas grandir, les petites entreprises restent petites pour toujours", conclut-il.

"Il faut croire que Dailymotion, l'un des sites internet les plus populaires, est trop important pour la cause nationale française, ou plutôt sa fierté, pour être achetée par une société étrangère", se moque The Nex Web, qui juge l'action d'Arnaud Montebourg "risible et irréfléchie". Pour le site spécialisé, Dailymotion aura du mal à trouver d'autres investisseurs. A l'étranger en tout cas, car les actionnaires du Monde seraient intéressés par le rachat de la plateforme, selon les informations du Figaro, publiées vendredi matin. 

"Le dirigisme a la peau dure"

En plus de freiner l'expansion de Dailymotion, l'échec des discussions entre Orange et Yahoo! risque de "nuire à l'image de la France auprès des investisseurs étrangers, au moment où elle en a besoin pour retrouver sa croissance", juge Fox Business. Pour les éditorialistes américains, le ministre du Redressement productif brouille le message présidentiel. Lundi 29 avril, François Hollande annonce une batterie de mesures, notamment destinées aux entrepreneurs étrangers. Deux jours plus tard, Yahoo! échoue à cause du "préjugé nationaliste" d'Arnaud Montebourg, selon le Wall Street Journal.

Seul le site Rude Baguette, qui s'intéresse aux start-up françaises, semble accorder au gouvernement le droit d'intervenir dans l'affaire Yahoo!-Dailymotion, en tant qu'actionnaire de France Télécom. Ses doutes portent plutôt sur le bien-fondé de cette position majoritaire de l'Etat dans le capital de l'entreprise. Le Financial Times donne sa réponse : "Les industries considérées comme importantes sont gardées sous l'aile du gouvernement", analyse le quotidien, qui liste les parts de l'Etat dans des entreprises comme GDF Suez, Thales, Air France-KLM… "Le dirigisme a la peau dure en France", conclut le quotidien.