Cet article date de plus de six ans.

Arnaud Montebourg a des fourmis dans les jambes

Arnaud Montebourg est encore sur le banc de touche, mais plus pour longtemps. L’homme semble préparer dans l’ombre son retour sur la scène politique.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
 (Depuis sa sortie du gouvernement, à l'été 2014, l'ancien ministre de l'Economie est parti travailler dans le privé  © MaxPPP)

Depuis sa sortie du gouvernement, à l'été 2014, l'ancien ministre de l'Economie est parti travailler dans le privé. Il est vice-président du conseil de surveillance d'Habitat et président du conseil de surveillance de NewWind, une start-up conceptrice d'éoliennes domestiques. Mais il se prépare à envoyer des signaux de plus en plus concrets. Bientôt un documentaire sur France 2, qui sera diffusé début mai au plus tard, complété par une interview avec Laurent Delahousse. Avant la traditionnelle ascension du Mont Beuvray, avec ses soutiens, le 16 mai.

Montrer l'homme et le logiciel 

L'ancien ministre s'est laissé filmer pendant plusieurs jours. Objectif : montrer l'homme et le logiciel, rénové, qu'il est censé incarner. "Depuis sa cuvée du redressement, Arnaud est au travail", explique un proche. Investissement dans l'éolien, création d'un fonds d'investissement pour aider les PME qui font du made in France. Les mains dans le cambouis loin des appareils politiques. Mais pour la candidature, il faudra sans doute attendre la fin de l'été, un livre est en préparation et un discours, à Frangy, pour sa fête de la Rose, fin août. Faut-il accélérer et courir derrière Emmanuel Macron ? "C'est une belle échappée, il a le maillot blanc, mais il se fera rattraper", anticipe un proche de Montebourg. 

Son rêve ? Battre Hollande à la loyale

"38 ans ? C'est l'âge qu'avait Arnaud quand il faisait le chien fou..." Sans le savoir, ajoute ce proche, "il dynamite le système et nous dégage la route." Point commun avec Macron ? Sa modernité... Différence : "La sienne est libérale, la nôtre est sociale et patriotique".   Le rêve d'Arnaud Montebourg ? Ce serait de battre Hollande, à la loyale, dans une primaire. "Limite de l'exercice", tempère un proche : "S'il y va et qu'il perd en 2017 ? Est-ce qu'il se flingue pour l'avenir ?" Arnaud Montebourg n'a pas encore la réponse.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Politique

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.