Cet article date de plus de neuf ans.

Alain Juppé n'est pas candidat à la présidence de l'UMP

L'ancien ministre des Affaires étrangères l'a annoncé sur Europe 1.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Alain Juppé, à la sortie du bureau politique de l'UMP à l'Assemblée nationale, le 20 juin 2012. (MARLENE AWAAD / MAXPPP)

SUCCESSION A L'UMP - "A question simple, réponse simple : non !" Alain Juppé a annoncé, lundi 27 août, sur Europe 1 qu'il ne sera pas candidat à la présidence de l'UMP. Il pourrait toutefois apporter son soutien à l'un des prétendants à cette élection, qui aura lieu les 18 et 25 novembre.

Interrogé sur ses intentions, l'ancien président du parti de 2002 à 2004 a expliqué qu'il ne s'agissait pas de "préparer 2017 (...) Aujourd'hui, il s'agit de faire notre travail d'opposant et Dieu sait s'il y a du boulot, quand on voit la cacophonie du pouvoir qui est actuellement en place. Il s'agit aussi de préparer les échéances de 2014."

Les projets avant les candidats

Début juillet, Alain Juppé avait expliqué qu'il ne rajouterait pas sa candidature en cas de "match" entre Jean-François Copé et François Fillon pour la présidence de l'UMP. "S'agissant des hommes, j'ai pour l'un et pour l'autre de l'amitié depuis longtemps, ce sont des personnes de qualité", a-t-il ajouté lundi soir, louant aussi les qualités de Bruno Le Maire et Nathalie Kosciusko-Morizet.

"Moi ce qui m'intéressera, c'est de savoir ce qu'ils proposent. (...) Comment allons-nous assurer cette cohésion de l'UMP, qui me paraît plus nécessaire que jamais ? Comment allons-nous convaincre qu'il n'y a pas de compatibilité entre nos valeurs et celles du Front national ?", s'est interrogé l'ex-ministre des Affaires étrangères. "C'est là-dessus que je me prononcerai le cas échéant" en faveur de tel ou tel prétendant. Mais seulement "si les candidats affichent un projet"

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Politique

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.