Scandale à la Commission européenne : Jean-Claude Juncker n’a pas tardé à réagir

Neelie Kroes dirigeait une société fictive abritée aux Bahamas, un paradis fiscal bien connu, alors qu’elle était commissaire européenne.

FRANCE 3

Des journalistes d'investigation révèlent que l'ancienne commissaire européenne Neelie Kroes aurait dirigé une entreprise hébergée aux Bahamas, un paradis fiscal. Après le cas Barroso, c’est une nouvelle affaire qui touche la commission européenne. Cette dernière a réagi rapidement, ce qui constitue un progrès. "Pour l’affaire Barroso, Jean-Claude Juncker, le président de la Commission, avait mis deux mois à écrire à son prédécesseur", explique Valéry Lerouge, en direct de Bruxelles (Belgique).

Réaction immédiate

"Dans le cas de Neelie Kroes, la réaction a été immédiate, puisqu’il lui a écrit dès ce matin pour exiger des clarifications, soit à peine 12 heures après les révélations", poursuit le journaliste. La Commission européenne n’exclut pas de la sanctionner en supprimant la retraite de l’ancienne commissaire. Une réaction rapide car cette affaire ternit encore davantage l’image de l’institution.

Le JT
Les autres sujets du JT