Nicolas Sarkozy a été placé sur écoute à partir du 3 septembre 2013

Les conversations téléphoniques de l'ancien président français étaient écoutés par les juges dans le cadre de l'enquête sur le financement de sa campagne de 2007.

Nicolas Sarkozy lors de l\'inauguration de l\'institut Claude-Pompidou consacré à la recherche sur la maladie d\'Alzheimer, le 10 mars 2014 à Nice (Alpes-Maritimes).
Nicolas Sarkozy lors de l'inauguration de l'institut Claude-Pompidou consacré à la recherche sur la maladie d'Alzheimer, le 10 mars 2014 à Nice (Alpes-Maritimes). (VALERY HACHE / AFP)

C'est la première fois qu'une source judiciaire donne des précisions sur la mise sur écoute de Nicolas Sarkozy. L'ancien président français était écouté depuis le 3 septembre 2013 par les juges dans le cadre de l'enquête sur le financement de sa campagne de 2007, a indiqué le parquet financier à l'AFP mercredi 12 mars. 

Son avocat, Thierry Herzog, n'a de son côté pas été placé directement sur écoute, selon la même source. "Seule une ligne téléphonique, souscrite sous un nom d'emprunt, a été placée quelques heures sur écoute, immédiatement interrompue dès lors qu'elle a été identifiée comme étant la sienne", a ajouté le parquet financier.

Deux lignes écoutées par les juges

En ce qui concerne l'ancien chef de l'Etat, deux téléphones ont été écoutés, continue le parquet. L'un depuis le 3 septembre 2013, donc, et l'autre depuis le 19 septembre. Soit depuis six mois.

Selon Le Monde, des téléphones de Claude Guéant et de Brice Hortefeux ont également été placés sur écoute à la demande des juges. Des sources proches du dossier ont précisé que c'est également le cas de l'actuel directeur de cabinet de Nicolas Sarkozy, Michel Gaudin, ancien patron de la police nationale.