Éric Laurent et Catherine Graciet ont-ils cherché à faire chanter le roi du Maroc ?

Les deux journalistes français ont été placés en garde à vue. Une équipe de France 3 revient sur les faits.

FRANCE 3

Les deux journalistes français Éric Laurent et Catherine Graciet sont suspectés d'avoir demandé trois millions d'euros à l'entourage de Mohammed VI en échange de la non-publication d'un ouvrage à charge. Ils ont été placés en garde à vue.
L'affaire a commencé à Paris le 23 juillet dernier. Les journalistes Éric Laurent et Catherine Graciet auraient contacté le palais royal marocain pour faire savoir qu'ils préparaient un livre très compromettant sur le roi Mohammed VI. Les journalistes auraient alors proposé en échange de trois millions d'euros de ne pas publier l'ouvrage.

Une série de rendez-vous

Un premier rendez-vous est organisé dans un hôtel parisien avec un envoyé du palais royal, mais le roi a déjà déposé une plainte. "La police veut un vrai flagrant délit donc va organiser un certain nombre de rencontres. Mr Laurent va persister et être filmé par les services de police", raconte Me Éric Dupond-Moretti, avocat du roi du Maroc. Une dernière rencontre a eu lieu hier. En accord avec la police, le représentant du royaume marocain leur a donné de l'argent en échange du contrat.
Les deux journalistes auraient été interpellés à la sortie de ce rendez-vous avec sur eux 80 000 euros d'acompte. Mais en garde à vue, Éric Laurent et Catherine Graciet nient tout en bloc et affirment qu'il s'agit d'un complot. Ce soir, leur garde à vue a été prolongée.

Le JT
Les autres sujets du JT
Le roi du Maroc, Mohammed VI, à l\'Elysée, à Paris, le 9 février 2014. 
Le roi du Maroc, Mohammed VI, à l'Elysée, à Paris, le 9 février 2014.  ( MAXPPP)