Jérôme Cahuzac exerce dans un dispensaire en Guyane comme médecin remplaçant pour un mois

L'ancien ministre du budget, condamné en mai 2018 pour "fraude fiscale" et "blanchiment de fraude fiscale", exerce désormais comme médecin en Guyane. 

La ville de Camopi en Guyane bordée par le fleuve Oyapock à la frontière avec le Brésil, le 19 novembre 2017. 
La ville de Camopi en Guyane bordée par le fleuve Oyapock à la frontière avec le Brésil, le 19 novembre 2017.  (AUTUMN SONNICHSEN / DPA)

Jérôme Cahuzac exerce désormais à Camopi. On y accède uniquement après une journée de pirogue ou par avion depuis Cayenne. Il s'agit d'un village isolé de 1 700 habitants situé sur le fleuve Oyapock, à la frontière avec le Brésil. L'ancien ministre du Budget, condammé en appel en mai 2018 pour "fraude fiscale" et "blanchiment de fraude fiscale"travaille depuis lundi 2 juillet dans un centre délocalisé de soins et de prévention, l'équivalent d'un dispensaire. L'ancien ministre du budget, chirurgien de formation, devra soigner les villageois, il s'agit uniquement de médecine générale. 

Jérome Cahuzac a envoyé sa candidature

Il a lui-même envoyé sa candidature précise Agnès Drouhin, la directrice du centre hospitalier Andrée-Rosemon de Cayenne. C'est elle qui l'a embauché, sans que son casier judiciaire ne lui pose de problème assure-t-elle. "Moi, aujourd'hui, le contrat est signé, c'est fait." Agnès Drouhin explique que son "hôpital a un besoin crucial de médecin. Il y avait une commune isolée où il n'y avait plus un seul médecin pendant le mois de juillet. Dès que j'ai un médecin régulièrement inscrit à l'Ordre qui fait acte de candidature et qui accepte d'aller en commune isolée, ce qui n'est pas un exercice facile, on prend ! Et s'il y en a d'autres, on fera pareil."

Sa mission durera jusqu'à la fin du mois de juillet 

La directrice de centre hospitalier de Cayenne rajoute que "la seule chose qui m'incombe, c'est de vérifier que la condamnation n'est pas incompatible avec l'exercice hospitalier. Dès lors où ce n'est pas incompatible, je peux tout à fait recruter quelqu'un. J'ai des besoins cruciaux de médecins, il m'en manque plein sur les centres de santé, et ce sont des populations qui ne peuvent avoir accès à rien d'autre, si le médecin n'est pas sur place." La mission du docteur Jérôme Cahuzac durera jusqu'à la fin du mois de juillet.