Cet article date de plus de neuf ans.

Affaire Lagarde-Tapie : perquisitions au domicile des juges arbitraux

Ils avaient accordé 285 millions d'euros d'indemnités à Bernard Tapie dans l'affaire du Crédit lyonnais, en 2007-2008.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Pierre Mazeaud (ici en 2004, à Paris), ancien président du Conseil constitutionnel, était l'un des trois juges désignés pour l'arbitrage dans l'affaire Tapie-Crédit lyonnais. (JEAN-LOUP GAUTREAU / AFP)

Les trois juges arbitraux qui ont accordé 285 millions d'euros d'indemnités à Bernard Tapie dans l'affaire du Crédit lyonnais sont dans le collimateur de la justice. Leur domicile a été perquisitionné lundi, selon une source proche de l'enquête citée par l'AFP, mardi 29 janvier.

L'avocat Jean-Denis Bredin, le magistrat à la retraite Pierre Estoup et l'ancien président du Conseil constitutionnel Pierre Mazeaud avaient soldé le contentieux entre Bernard Tapie et le Crédit Lyonnais sur la vente litigieuse d'Adidas. La désignation de ces arbitres avait été ordonnée fin 2007 par la ministre de l'Economie, Christine Lagarde, qui avait préféré cette solution plutôt que de saisir la justice.

Jeudi, des perquisitions avaient déjà été menées au domicile de Bernard Tapie, mais aussi chez Stéphane Richard, ancien directeur de cabinet de Christine Lagarde, devenu depuis PDG d'Orange.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Affaire Tapie

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.