Affaire Seznec : une découverte relance l'enquête

L'affaire Seznec vient d'être relancée après la découverte par des bénévoles d'un os humain. La police et la justice ont repris la main sur les fouilles qui se poursuivent dans l'ancienne maison de la famille Seznec.

France 3

Ils ont fouillé pendant des heures le sellier de l'ancienne propriété des Seznec dans l'espoir d'y trouver un nouvel indice. En début d'après-midi le 24 février dernier, une équipe de bénévoles passionnés fait une étonnante découverte : un morceau d'os. Cet os pourrait appartenir à Pierre Quemeneur, conseiller général du Finistère disparu il y a 95 ans alors qu'il se rendait à Paris en compagnie de son associé Guillaume Seznec, immédiatement soupçonné de l'avoir assassiné. Le corps ne sera jamais retrouvé, Guillaume Seznec sera condamné au bagne à perpétuité et niera les faits jusqu'à la fin de sa vie.

Un os doit être analysé

Hier, la découverte de cet os a suffi pour que la police interrompe les fouilles et gèle le chantier. L'os doit maintenant être analysé. Les bénévoles espèrent que le résultat éclaircira la thèse selon laquelle c'est en réalité l'épouse de Guillaume Seznec qui aurait assassiné Pierre Quemeneur. Selon le témoignage du fils des époux Seznec à l'époque, sa mère aurait été victime d'une agression sexuelle dont elle se serait défendue en frappant Quemeneur. Le petit-fils du couple, lui, ne croît pas à cette hypothèse. La famille Seznec se bat depuis plus de 20 ans pour la réhabilitation de son aïeul. Aujourd'hui encore, le mystère perdure autour de cette affaire énigmatique, vieille de bientôt cent ans.

Le JT
Les autres sujets du JT
Deux photographies judiciaires de Guillaume Seznec, condamné aux travaux forcés à perpétuité en 1924 pour le meurtre de Pierre Quémeneur. 
Deux photographies judiciaires de Guillaume Seznec, condamné aux travaux forcés à perpétuité en 1924 pour le meurtre de Pierre Quémeneur.  (- / AFP)