Cet article date de plus de treize ans.

Les locaux de l'hôpital parisien de la Pitié-Salpêtrière ont été perquisitionnés vendredi, a-t-on appris samedi

Les bureaux concernés abritent trois associations qui figureraient dans le testament de Liliane Bettencourt, selon le parquet de Nanterre.Ces trois associations de recherche médicale seraient bénéficiaires testamentaires de l'île d'Arros, aux Seychelles, au même titre que l'artiste François-Marie Banier, selon Le Parisien et Le Monde.
Article rédigé par France2.fr avec agences
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min
L'hôpital de la Pitié-Salpêtrière, à Paris (janvier 2009) (AFP / Boris Horvat)

Les bureaux concernés abritent trois associations qui figureraient dans le testament de Liliane Bettencourt, selon le parquet de Nanterre.

Ces trois associations de recherche médicale seraient bénéficiaires testamentaires de l'île d'Arros, aux Seychelles, au même titre que l'artiste François-Marie Banier, selon Le Parisien et Le Monde.

Perquisitionnées par la brigade financière, les associations Orvacs, Solthis et le Crepats ont été fondées par Gilles Brücker et Christine Katlama, un couple de médecins très réputés dans le domaine de la santé publique et de la recherche contre le sida.

Dans Le Monde du jeudi 22 juillet, Gilles Brücker avait affirmé avoir découvert avec stupeur trois jours plus tôt, dans ce même quotidien, que ses associations étaient bénéficiaires testamentaires de l'île d'Arros et n'avoir jamais eu aucune discussion à ce sujet avec Liliane Bettencourt, bien qu'il se soit rendu en famille sur l'île à deux reprises, en 2000 et 2006.

Estimée à 500 millions d'euros, la propriété de cette île des Seychelles ne serait toutefois pas précisément établie par les enquêteurs.

Gilles Brücker, ami d'enfance de François-Marie Banier, a en revanche confirmé que Liliane Bettencourt l'avait nommé en 2003 comme son exécuteur testamentaire mais avoir appris seulement en 2009 que cette fonction serait assortie d'une dotation d'un million d'euros.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.