Affaire Bettencourt : Woerth et De Maistre renvoyés devant le tribunal pour "trafic d'influence"

Selon "Sud Ouest", les juges n'ont pas suivi les réquisitions du parquet, qui avait demandé un non-lieu.

Le député UMP Eric Woerth, le 10 avril 2013 à Paris. 
Le député UMP Eric Woerth, le 10 avril 2013 à Paris.  (ANTOINE ANTONIOL / SIPA)

Les juges bordelais n'ont pas suivi les réquisitions du parquet, qui avait demandé un non-lieu. Eric Woerth et Patrice de Maistre seront renvoyés devant le tribunal correctionnel de Bordeaux pour "trafic d'influence" dans l'affaire Bettencourt, a révélé le quotidien régional Sud Ouest, jeudi 4 juillet. Ce volet est distinct de celui dit des "abus de faiblesse", dans lequel sont aussi poursuivis les deux hommes, ainsi que Nicolas Sarkozy et neuf autres personnes.

Que leur reproche-t-on ?

L'ancien ministre du Budget de Nicolas Sarkozy et l’ex-gestionnaire de fortune de la milliardaire sont accusés d'échange de bons procédés. C'est-à-dire pour Eric Woerth d'avoir fait obtenir à Patrice de Maistre une Légion d'Honneur, en échange d'un emploi pour sa femme.

L'ancien gestionnaire de fortune de l'héritière de L'Oréal a embauché en 2007 Florence Woerth dans sa société de gestion de patrimoine. Le ministre du Budget lui avait personnellement remis la Légion d'honneur l'année suivante, alors qu'il était membre du club des donateurs fortunés de l'UMP, le "Premier cercle", à cette époque.

Que signifie cette décision ?

 

En demandant un non-lieu, le 10 mai, le parquet avait estimé que "le lien de corrélation entre les deux faits n'est pas formellement démontré". 

Mais "dans leur ordonnance notifiée aux parties mardi, les juges Jean-Michel Gentil, Valérie Noël et Cécile Ramonaxto ont estimé qu’il y avait des charges suffisantes pour renvoyer les deux mis en examen [pour trafics d'influence passif et actif] devant une juridiction de jugement", explique Sud-Ouest. Un procès aura donc lieu, mais la date n'a pas encore été précisée.