"Tontons flingueurs", "beurre en branche", Cahuzac... Les six moments les plus surprenants du procès Balkany

La première semaine du procès du couple Balkany, jugé pour fraude fiscale, blanchiment de fraude fiscale et corruption passive, s'est achevée jeudi. L'occasion pour franceinfo de revenir sur les moments les plus inattendus des audiences.

Le maire de Levallois-Perret (Hauts-de-Seine), Patrick Balkany, et son avocat, Eric Dupond-Moretti, le 13 mai 2019 au palais de Justice de Paris.
Le maire de Levallois-Perret (Hauts-de-Seine), Patrick Balkany, et son avocat, Eric Dupond-Moretti, le 13 mai 2019 au palais de Justice de Paris. (BERTRAND GUAY / AFP)

"Vous n'allez pas être déçus." En arrivant au palais de justice de Paris pour le troisième jour de son procès, mercredi 15 mai, Patrick Balkany avait annoncé la couleur. Fidèle à sa réputation, le maire de Levallois-Perret (Hauts-de-Seine), jugé depuis lundi avec son épouse pour fraude fiscale, blanchiment de fraude fiscale et corruption active, a multiplié les déclarations fracassantes et fantasques.

Florilège, non exhaustif, des moments les plus improbables de cette première semaine d'audience, rapportés par les journalistes sur place.

Quand le téléphone portable de Patrick Balkany joue "Les Tontons flingueurs"

Au troisième jour du procès, les journalistes présents dans la salle ont eu la surprise de découvrir que la sonnerie de portable de Patrick Balkany n'était autre que celle du film de gangsters Les Tontons flingueurs.

Quand l'ancien député déclare qu'il a "horreur de la corruption"

Devant les juges, Patrick Balkany a protesté et clamé son innocence, sans avoir peur d'en faire trop. "J'ai horreur de la corruption", a-t-il lancé alors qu'il est précisément poursuivi pour ce délit. Cette sortie a "déclenché quelques murmures dans la salle", selon l'AFP.

Quand Isabelle Balkany suit avec attention les débats

Hospitalisée après sa tentative de suicide, Isabelle Balkany ne rate pas une miette du procès, comme l'a rapporté un journaliste de 20 Minutes sur Twitter.

Quand Patrick Balkany fait une blague sur Jérôme Cahuzac

Au cours du procès, l'ancien député a fait un jeu de mots sur un célèbre fraudeur fiscal, l'ancien ministre Jérôme Cahuzac. Alors que le président lui rappelait avec malice qu'il avait interrogé ce dernier à l'Assemblée sur des questions de fraude fiscale, Patrick Balkany a lancé une blague un peu... tirée par les cheveux.

Quand le prévenu se prend le bec avec son avocat

Patrick Balkany s'est aussi distingué hors de la salle d'audience. Alors que son avocat faisait une déclaration à la presse, il n'a pas hésité à le reprendre pour une petite erreur sur son âge. Une coquetterie qui a passablement agacé Eric Dupond-Moretti, comme le montrent ces images.

Quand le maire de Levallois utilise une expression désuette

Pendant l'audience, Patrick Balkany a utilisé une expression méconnue en guise de ligne de défense : "Il n'y a pas plus de magot que de beurre en branche." Une formule que l'on trouve parfois sous la forme "beurre en broche". Il paraît en effet compliqué de faire rôtir du beurre ou de cueillir une motte sur un arbre.