Les époux Balkany "ont voulu jouer avec le feu", estime la procureure d'Evreux car "ils n'ont jamais voulu respecter ce bracelet électronique"

Selon la procureure d'Evreux, Isabelle et Patrick Balkany, condamnés à trois ans de prison pour fraude fiscale et qui avaient obtenu un aménagement de peine, ont fait l'objet de "plusieurs recadrages", sans qu'ils soient suivis "d'amélioration".

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Isabelle et Patrick Balkany, le 15 avril 2019. (STEPHANE DE SAKUTIN / AFP)

En ne respectant pas les obligations imposées par leur assignation à résidence dans leur propriété de Giverny (Eure), les époux Balkany "ont voulu jouer avec le feu", estime vendredi 4 février sur franceinfo Dominique Puechmaille, la procureure de la République d'Evreux, au lendemain de la révocation du placement sous bracelet électronique du couple. Condamnés à trois ans de prison pour fraude fiscale, Isabelle et Patrick Balkany avaient obtenu un aménagement de peine. "En réalité, ils n'ont jamais voulu respecter ce bracelet, les horaires, les obligations, le périmètre, etc. Il y a eu plusieurs recadrages et guère d'améliorations".

franceinfo : Qu'est-ce qui est reproché aux époux Balkany ?

Dominique Puechmaille : Des infractions très fréquentes. Je pense qu'ils n'ont pas forcément pris cette condamnation au sérieux. Est-ce que, psychologiquement, il y a du déni ? Je n'en sais rien. Ils n'ont pas non plus pris au sérieux l'exécution de cette peine, malgré les rappels qui leur ont été faits assez régulièrement par le juge d'application des peines. Monsieur Balkany focalise sur le fait que ça sonnait quand il sortait du périmètre pour aller chercher du courrier. Il n'y a pas que ça. En réalité, ils n'ont jamais voulu respecter ce bracelet, les horaires, les obligations, le périmètre, etc. Il y a eu plusieurs recadrage et guère d'améliorations.

Il y a également eu des propos outranciers ?

Oui, de la part des époux Balkany à l'égard du service d'insertion et de probation, voire à l'égard du juge d'application des peines. Des propos inappropriés, des coups de poing sur la table, ce genre de choses. Je ne sais pas s'ils ont conscience des réalités.

Il est aussi reproché au couple de ne pas avoir fait d'effort pour régler sa dette fiscale ?

Ils ont été condamnés pour fraude fiscale, donc les sommes dues au fisc sont dues et il leur a été demandé, dans le cadre d'un aménagement de peine, de faire des efforts pour rembourser cette dette. Ces efforts n'ont pas été faits. Il y a eu des versements ridicules par rapport à la dette et au train de vie du couple. Ils n'ont pas voulu comprendre, ils ont voulu jouer avec le feu. Au bout d'un moment, on se brûle. La loi est la même pour tous, lorsque l'on commet une infraction, que l'on a été condamné pour cette infraction, qu'on a usé des voies de recours et que la condamnation est définitive, il faut l'exécuter. Evidemment nos concitoyens ne comprendraient pas que, parce que ce sont des gens connus, ils ont le droit de frauder le fisc.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Affaire Balkany

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.