"Je n'ai jamais rempli une déclaration d'impôts" : au procès en appel des Balkany, Isabelle assure le show sans Patrick

Patrick et Isabelle Balkany sont jugés en appel à Paris depuis lundi. Le maire de Levallois-Perret, 71 ans, hospitalisé, n'a pas pu se déplacer à l'audience. Sa femme s'est défendue seule et a reconnu la fraude fiscale.

Isabelle Balkany le 11 décembre 2019 lors de l\'ouverture du procès en appel pour fraude fiscale, à Paris.
Isabelle Balkany le 11 décembre 2019 lors de l'ouverture du procès en appel pour fraude fiscale, à Paris. (STEPHANE DE SAKUTIN / AFP)

Il ne s'est pas assis dans le box des accusés, ni sur la chaise spécialement installée pour lui. Patrick Balkany n'était pas présent à la reprise de son procès pour fraude fiscale, devant la cour d'appel de Paris, lundi 16 décembre. Incarcéré depuis le 13 septembre à la prison de la Santé, à Paris, après sa condamnation pour fraude fiscale et blanchiment aggravé, le maire de Levallois-Perret (Hauts-de-Seine) est hospitalisé depuis jeudi. La veille, au premier jour de son procès en appel, il était apparu amaigri. Selon son épouse, il souffre d'une occlusion intestinale et a passé des examens, lundi, sous anesthésie générale. 

"Les médecins considèrent qu’il n’est pas en état de comparaître aujourd’hui, constate l'avocat de Patrick Balkany à la reprise de l'audience. Je ne sais pas ce qu’il en sera dans les jours prochains." "J'ai mandat pour les deux possibilités : renvoi ou poursuite", explique Romain Dieudonné en distribuant aux parties un courrier de son client. La présidente lit la lettre du maire de Levallois-Perret, qui "regrette sincèrement" de ne pas être présent. "J’accepte que les audiences se poursuivent en mon absence", écrit-il. Dont acte. Après une suspension d'audience, la cour d'appel décide de poursuivre les débats.

"J’assume qu’on n’ait pas payé l’ISF"

Quand le maire de Levallois-Perret n'est pas là, place à son adjointe. En première instance, Isabelle Balkany n'avait pas comparu devant le tribunal correctionnel : après une tentative de suicide, sa santé ne lui permettait pas d'assister au procès. En appel, les rôles s'inversent. A elle de justifier le train de vie de son couple, très supérieur à ses ressources, les revenus sous-déclarés, entre 2009 et 2014, et l'omission de l'Impôt de solidarité sur la fortune (ISF), entre 2010 et 2015, malgré des actifs estimés à 16 millions d'euros annuels"Pendant un certain nombre d’années, vous avez fait des déclarations de revenus séparées alors que vous viviez ensemble au moulin de Cossy [à Giverny, dans l'Eure], commence la présidente. Pourquoi ?" "Quand on a été séparés, on nous a dit qu’il fallait faire deux déclarations d'impôts. Personne ne nous a jamais dit ensuite de refaire des déclarations communes, ça a continué mécaniquement", répond Isabelle Balkany. Et d'expliquer qu'une receveuse des impôts à la retraite, âgée aujourd'hui de 80 ans, "une de nos élues que je croise encore sur le marché", se chargeait de remplir ses déclarations.

"J'ai 72 ans et je n'ai jamais rempli une déclaration d'impôts", lâche Isabelle Balkany, qui avoue une incompétence "en la matière". "J'étais soit dans des entreprises où on le faisait pour moi, à la mairie cette dame le faisait pour moi et au conseil général il y avait le prélèvement à la source", explique-t-elle.

J'avoue une faute de bêtise, voilà, on peut trouver dix mots pour le dire : de la bêtise, de la négligence, trop de travail…Isabelle Balkanydevant la cour d'appel de Paris

Isabelle Balkany agite ses mains autour du micro. Ses yeux s'écarquillent derrière ses lunettes rondes aux verres fumés. "Je n’ai pas du tout l’habitude de rejeter la faute sur les autres. J’assume qu’on n’ait pas payé l’ISF", déclare-t-elle. Elle ajoute avec ironie : "Ce merveilleux impôt tellement formidable qu’il a été supprimé." La présidente de la cour, Sophie Clément, insiste. "Pourquoi vous n’avez pas fait de déclaration d’impôt sur la fortune ? Est-ce qu’il y a une raison ?" "Aucune. Mais aucune. Ça ne faisait pas partie, si j’ose dire, de nos préoccupations." L'édile ne se prive pas d'un petit clin d'œil à l'actualité.

Il y en a qui font ça très bien, d’autres qui oublient. Regardez Delevoye.Isabelle Balkany devant la cour d'appel de Paris

Il y a aussi le patrimoine omis par Patrick et Isabelle Balkany. D'abord le moulin de Cossy, propriété du couple depuis 1986. Quatre hectares, deux piscines, un parcours de golf, un court de tennis, un hammam... Dans la presse, la demeure a une allure majestueuse. Une description pour faire "vibrer les claviers", dénonce, à l'audience, Isabelle Balkany. La propriété est évaluée à 3,2 millions d'euros par l'administration fiscale. Un montant contesté par la défense, qui l'évalue à 1,3 million d'euros après expertise.

"Je plaide coupable d'avoir fait une fraude fiscale"

Le débat est le même autour de la villa Pamplemousse, dotée de cinq suites et d'une vue imprenable, implantée sur l'île antillaise de Saint-Martin. L'administration fiscale évalue la villa Pamplemousse à 4,5 millions d'euros, quand les Balkany l'estiment à 2 millions. "Quand le fisc a voulu l’évaluer, il a commencé par comparer avec la maison qu’a construite un président de la République actuel, la République des Etats-Unis, sur cette île, jolie il faut le dire", relève avec aplomb Isabelle Balkany, pointant sans le nommer Donald Trump. Une luxueuse demeure avec une vue imprenable ? Impensable pour Isabelle Balkany, qui affirme, droite dans ses bottes, que cette "simple villa en haut d’une colline" n'avait pas de vue sur la mer. "Sans vue sur la mer, c'est quand même difficile sur une île", raille la présidente. "Sauf quand on est tout en haut ! Mais quand on est en bas, les maisons laissent pousser les palmiers, alors il n’y a plus de vue. La végétation est folle, complètement folle !"

La première adjointe de Levallois avait finalement reconnu détenir la villa Pamplemousse lors de sa cinquième audition devant les juges, le 22 mai 2014. Elle avait invoqué un héritage familial pour justifier cet achat, une justification qu'elle a réitérée devant la cour d'appel, lundi. En première instance, pas convaincu, le tribunal correctionnel l'a sanctionnée : il a estimé que le couple aurait dû déclarer cette somptueuse habitation. Devant la cour d'appel, sans son mari, elle fait le show pour deux. Et tente à nouveau de jouer la carte de la naïveté et de la faute reconnue tardivement : "Je plaide coupable d’avoir fait une fraude fiscale. Ce n’est pas un scoop, nous sommes en 2019, je le dis depuis six ans."