Affaire Bygmalion : que savait Nicolas Sarkozy ?

Le Monde s'est procuré l'enquête préliminaire qui a précédé l'ouverture d'une information judiciaire dans l'affaire Bygmalion. La police s'interroge sur ce que savait Nicolas Sarkozy des fausses factures adressées à l'UMP.

(Les policiers s'interrogent sur ce que savait Nicolas Sarkozy © REUTERS / Eric Gaillard)

Nouvelles révélations dans l'affaire Bygmalion, du nom de cette société de communication soupçonnée d'avoir réalisé de fausses factures pour la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy en 2012. Le Monde a eu accès aux conclusions de l'enquête préliminaire qui a précédé l'ouverture d'information judiciare pour faux et usage de faux, abus de confiance et tentative d'escroquerie.

Les policiers ont enquêté pendant plus de trois mois sur les fausses factures réalisées par Bygmalion et adressées à l'UMP, et ils se sont interrogés sur le rôle de Nicolas Sarkozy : avait-il connaissance de ce système de fausses factures ? Dans leur rapport cité par Le Monde , les policiers écrivent que des artifices comptables ont été réalisés a la demande de l'UMP. Car il était impossible de faire figurer le coût réel des meetings dans les comptes de campagne de Nicolas Sarkozy.

Les protagonistes "inextricablement liés les uns aux autres dans la décision d'établir ces fausses factures"

Toujours selon les enquêteurs, les responsables de la filiale de Bygmalion, ceux de l'UMP, et ceux de la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy "semblent inextricablement liés les uns aux autres dans la décision d'établir ces fausses factures".  D 'après le journal Le Monde , un expert comptable avait mis en garde l'ancien président du risque de dépassement des dépenses, les policiers ont saisi une note daté du 26 avril 2012 et adressée par ce comptable au candidat Sarkozy.

Nicolas Sarkozy a-t-il lu cette note ? A-t-il validé un système de double facturation pour éviter que sa campagne soit invalidée ? Dans leur rapport, les policiers de l'office anticorruption écrivent que "des investigations complémentaires doivent être menées... "