Aéroports de Paris : le principe d'un référendum sur la privatisation validé

Le Conseil constitutionnel a validé le principe d'un référendum sur la question de la privatisation d'Aéroports de Paris jeudi 9 mai.

FRANCE 2

Ils sont membres des Républicains, de l'UDI, du PS et de la France insoumise. Ces parlementaires de tous bords politiques se congratulent, à l'image d'Éric Coquerel (LFI), complice d'un jour du député Gilles Carrez (LR). Le Conseil constitutionnel a validé leur proposition de loi, et donc le référendum sur la question de la privatisation d'Aéroports de Paris. "C'est la première fois dans l'histoire de la République que vous avez la possibilité de vous exprimer sur la question de privatisation d'Aéroports de Paris", s'est réjouie la députée socialiste Valérie Rabault.

Pas de décision jusqu'à la fin de la procédure de référendum

En clair, le Conseil constitutionnel donne son feu vert au principe d'un référendum à initiative partagée. Pour cela, les députés vont devoir réunir au moins 4,7 millions de signatures, soit 10% des électeurs, dans un délai de neuf mois. Le ministère de l'Intérieur est tenu de mettre en place un site internet dédié aux signatures, sous le contrôle du Conseil constitutionnel. Au-delà de ce succès juridique, les oppositions espèrent un succès politique contre le gouvernement. La privatisation d'Aéroports de Paris pourra-t-elle quand même avoir lieu ? Si oui, ce sera plus tard, car le ministère de l'Économie est très clair : aucune décision ne sera prise pendant la procédure du referendum.

Le JT
Les autres sujets du JT
197 députés et sénateurs ont enclenché le \"référendum d\'initiative partagée\" sur la privatisation d\'Aéroports de Paris (ADP).
197 députés et sénateurs ont enclenché le "référendum d'initiative partagée" sur la privatisation d'Aéroports de Paris (ADP). (ERIC PIERMONT / AFP)