Cet article date de plus de dix ans.

17 octobre 1961: hommage de Hollande

Le candidat du PS à la présidentielle, François Hollande, s'est rendu lundi sur le pont de Clichy pour témoigner "de sa solidarité" aux familles endeuillées par les événements du 17 octobre 1961.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Hollande rend hommage aux victimes du 17 octobre 1961 (AFP)

Le candidat du PS à la présidentielle, François Hollande, s'est rendu lundi sur le pont de Clichy pour témoigner "de sa solidarité" aux familles endeuillées par les événements du 17 octobre 1961.

"Je voulais être là, fidèle à la promesse que j'avais faite", a affirme François Hollande qui était accompagné des historiens Benjamin Stora et Jean-Luc Einaudi qui ont contribué à révéler la réalité de cette journée du 17 octobre 1961.

Ce jour là, il y a 50 ans, le FLN avait appelé à manifester pacifiquement dans Paris. La répression de cette manifestation fit de très nombreuses victimes. Le bilan officiel fut de trois morts et 64 blessés. En 1988, Constantin Melnik, qui fut conseiller pour la police et le renseignement au cabinet du Premier ministre Michel Debré pendant la guerre d'Algérie, reconnut que cent personnes sont mortes du fait des exactions de la police.

Le candidat du PS pour la présidentielle a jeté des fleurs dans la Seine, pour rendre hommage aux victimes, en relevant que "trop longtemps cet événement a été occulté des récits historiques". "Il est important de rappeler ces faits", a-t-il ajouté en présence des maires PS de Clichy, Gilles Catoire, et d'Asnières, Sébastien Pietrasanta.

La France "doit faire face à son passé" mais "ne doit certainement pas présenter des excuses", a de son côté estimé le ministre de l'Intérieur, Claude Guéant.

Un "Appel pour la reconnaissance officielle de la tragédie du 17 octobre 1961 ", lancé par Mediapart, a été signé par des dizaines de personnalités dont Raymond Aubrac ou Stéphane Hessel.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Politique

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.