Cet article date de plus de six ans.

Yézidis : il y a un an, les djihadistes entraient dans Sinjar

Il y a un an jour pour jour, les djihadistes de Daech lançaient une offensive éclair en Irak. En quelques heures seulement, ils prenaient la ville de Sinjar, 300.000 habitants, et encerclaient des dizaines de milliers de Yézidis réfugiés sur une montagne. Certains étaient alors enlevés. Notre correspondant a rencontré une jeune fille qui a pu s'extraire de l'emprise de Daech.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
 (Dans un camp de réfugiés à Dohuk © REUTERS/Ari Jala)

Le 3 août 2014, les djihadistes de Daech entraient dans Sinjar. En quelques heures seulement, ils prenaient la ville, 300.000 habitants, et encerclaient des dizaines de milliers de Yézidis réfugiés sur une montagne. Coupés de tout, des centaines d'enfants et de personnes âgées mouraient de fin et de soif.

Considérés comme adorateurs du diable par Daech, les Yézidis qui n'ont pas le temps de fuir sont enlevés. Beaucoup d'hommes sont tués, les jeunes filles vendus comme esclaves sexuels. En tout environ 5.000 Yézidis sont capturés.

Aujourd'hui, certaines sont parvenues à sortir de l'enfer. Parmi elles, Delo, une jeune Yézidie de 18 ans qui a échappé aux griffes de Daech grâce à un Emir, un membre haut placé de Daech. "Il m'a expliqué qu'il avait grandi avec sa famille parmi les Yézidis et que c'était la raison pour laquelle il m'aidait. Pour que Dieu le pardonne ", raconte la jeune fille à notre correspondant. "Il m'a dit, un jour, je veux que toi aussi tu m'aides. Je lui ai répondu que bon ou mauvais, gentil ou méchant., je ne pouvais aider aucun d'entre eux, qu'ils étaient tous les mêmes. Qu'ils servaient tous l'Etat islamique. Tous sans exception ", ajoute-t-elle au micro de notre correspondant : 

Pierrick Bonno, notre correspondant au Kurdistan irakien, a rencontré Delo, une jeune Yézidie de 18 ans, qui a échappé aux griffes de Daech, dans un camp de réfugiés à Dohuk au Nord de la région, REPORTAGE
écouter

3.000 hommes, femmes et enfants seraient toujours retenus aujourd'hui dans les territoires contrôlés par Daech en Irak et en Syrie. En mars dernier, des enquêteurs de l'ONU ont estimé que les attaques de Daech contre les Yézidis en Irak pourraient constituer un "génocide", demandant la saisie de la Cour pénale internationale.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Monde

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.